L’emploi des chars et canons d’assaut en Normandie – 1/3

Les exemples d’engagements blindés – dans le cadre d’opérations offensives ou défensives – ne manquent pas, même si le plus récurrent dans les récits reste le succès tactique localisé de Michael Wittmann à Villers-Bocage. On peut également souligner l’emploi des chars, avec plus ou moins de succès lors des Opérations « Epsom », « Goodwood », « Cobra » et « Bluecoat ». Pourtant, les deux camps ont utilisé leur parc blindé suivant des logiques stratégiques, opérationnelles et tactiques différentes. Ayant engagé davantage de Panzer-Divisionen que sur le Front de l’Est au même moment, la Panzerwaffe a perdu une bonne partie de son potentiel blindé en s’efforçant de tenir la ligne de front, avant d’engager des retours offensifs locaux ou tactiques, tels Mortain, avec l’insuccès que l’on sait.

S’autre part, il faut s’entendre sur le domaine sémantique. Le terme générique « blindé » se confond encore souvent avec « char d’assaut ». Or ça n’est pas tout à fait la même chose. Il faut, en effet, distinguer les termes de « chars », « tanks », « canons d’assaut » (Sturm-Geschützt en allemand), canons antichars et canons automoteurs (« self-propelled guns » pour les Anglo-Saxons). En fait, la définition de chaque engin peut se confondre tant ils peuvent être employés de la même sorte suivant les besoins. Ensuite, dans la gamme des véhicules il faut compter la gamme des canons automoteurs (dont l’emploi est différent de celui des canons d’assaut). Plutôt qu’une simple liste des engins et de chaque division engagée en Normandie, cet article propose de revenir sur l’emploi des unités blindées de chaque camp en Normandie, avec forces, limites, succès et échecs.

Dg8mOoNXUAIS48W
1 – LES ALLEMANDS : PRIORITÉ A LA DÉFENSE. RETOURS OFFENSIFS SANS LENDEMAINS

A – UNE ARME FRAGILISÉE…

Au moment du 6 juin, le Panzer-Gruppe West (Geyr von Schweppenburg) regroupe l’ensemble des Panzer-Divisionen stationnées en France et en Belgique. Il intègre également les bataillons de chars « Tiger » indépendants (schwere-Panzer-Abteilungen), ainsi que les unités indépendantes de chasseurs de chars (Panzerjäger). La création du PzGrpe West est symptomatique de la structure quasi-féodale et concurrentielle imposée par Hitler, avec en prime le sérieux manque de vue stratégique que l’on connaît. Ainsi le Panzergruppe « West » (qui deviendra 5. Panzer-Armee* fin juin 1944) voit ses unités blindées réparties dans les zones des Heeres-Gruppen « B » et « G » alors qu’il dépend directement de l’OKH puisqu’il forme la réserve mécanisée qu’Hitler entend employer pour contrer le débarquement attendu dans le Pas-de-Calais. Du coup, Rommel n’a pas tout pouvoir sur les divisions de von Schweppenburg, lequel ne peut agir sans l’aval du Führer. A cette « usine à gaz » s’ajoutent des problèmes plus structurels. Les Panzer-Divisionen sont des unités lourdes et lentes à déplacer, malgré leur mécanisation et leur

Continuer à lire … « L’emploi des chars et canons d’assaut en Normandie – 1/3 »

Défendre et percer le bocage : la Bataille des Haies (juillet 1944)

Après la conquête de Cherbourg, Omar Bradley décide de passer à la phase suivante de la conquête de la Normandie : saisir la route Saint-Lô – Périers, avant de prendre Saint-Lô, clé de voûte qui permettra de s’enfoncer vers le centre de la Normandie.  Mais les généraux américains vont se montrer particulièrement optimistes. En effet, ils vont découvrir à leurs dépens que les Allemands ont transformé le bocage du Cotentin en une véritable forteresse. Par conséquent, la First US Army va être contrainte de mener une guerre d’usure épuisante, avec une nette dimension poliorcétique mais dans une nature cloisonnée. Les Allemands vont ainsi se montrer particulièrement savants et coriaces, tenant la dragée haute à la machine de guerre américaine. Seulement, l’épuisement des forces de la 7. Armee, couplé à la capacité d’adaptation des américains auront raison de la « forteresse » du bocage.

Bataille_des_haies_18

1 – LA PUISSANCE DE FEU AMÉRICAINE « NEUTRALISÉE »

Le plan d’Omar N. Bradley n’est pas original. Il s’agit d’une série de puissants engagements d’infanterie contre la longueur du front du LXXXIV. Armee-Korps (Dietrich von Cholditz), avec appui des chars, de l’artillerie et de l’aviation tactique du XIX US Tactical Air Force (Elwood R. « Pete » Quesada). Nouvellement engagé, le VIII US Corps de Troy H. Middleton doit faire sauter le verrou représenté par La Haye-du-Puits, avant de progresser vers Lessay. Middleton engage 3 

Continuer à lire … « Défendre et percer le bocage : la Bataille des Haies (juillet 1944) »

Le Sherman V « Duplex Drive » (DD) ou « Donald Duck »

Derrière le sympathique sobriquet donné à cet engin en référence au canard maladroit de Walt Disney, le Sherman DD était une réponse apportée à une nouvelle donne dans la complexification des opérations de grand style, principalement de type amphibie. Les chars amphibies doivent répondre à deux questions : comment fournir au mieux un appui-feu à des fantassins dans des opérations amphibies ? Et comment mettre à terre des chars le plus rapidement possible ?
DD-Tank
– L’idée du char amphibie n’est pas une nouveauté à l’entrée en guerre en 1939. Déjà, dans l’idée de donner un meilleur appui-feu de potentiels raids amphibies, les Britanniques avaient pensé à des Tanks amphibies à la fin de la Grande Guerre. Idée concrétisée par une poignée de prototypes dès 1919 mais le projet n’aboutit pas, faute de

Continuer à lire … « Le Sherman V « Duplex Drive » (DD) ou « Donald Duck » »

Le Quesnoy 1918 : Kiwis contre Vauban

Durant la dernière phase des combats de 1918 que l’on dénomme « Bataille de la Sambre », la Division Néo-Zélandaise se retrouve devant un obstacle d’un nouveau type pour elle : la Forteresse du Quesnoy bâtie durant le règne de Louis XIV sous la direction du Marquis de Vauban. Or, la prise de la ville par la Third Army britannique est nécessaire pour déboucher en direction de la Sambre. La résistance allemande s’annonçant plus vigoureuse, les Néo-Zélandais d’Andrew Russell vont faire preuve d’une remarquable adaptation, couplée à une bonne vitesse d’exécution.

George_Edmund_Butler_-The_scaling_of_the_walls_of_Le_Quesnoy
– Peuplé de 5 000 habitants avant le déclenchement de la Guerre, Le Quesnoy reste occupée par les Allemands. Située en zone de repos pour les troupes allemandes, la ville voit son importance s’accroître sur le plan des opérations en 1918, puisqu’elle couvre Maubeuge par l’ouest, ainsi que les cours de l’Ecaillon et de la Rhonelle. De plus, la ville est située sur la voie ferrée Valenciennes – Maubeuge. Par conséquent, prendre Le Quesnoy devient un impératif tactique.

– Mais la défense de la ville est facilitée par la citadelle érigée par Vauban, située en plein centre à l’emplacement d’une ancienne motte médiévale et qui enserre une partie des habitations. La citadelle se présente avec un plan en étoile, comprenant des bastions indépendants. Et les fortifications sont protégées par des douves mais celles-ci sont généralement asséchées. Mais le danger réside dans configuration architecturale de l’édifice qui permet d’effectuer d’efficaces tirs croisés. Enfin, les murailles de briques sont hautes de 15 m environ et coiffées par des petites buttes de pelouse. Et outre les mitrailleuses, les Allemands disposent également de Continuer à lire … « Le Quesnoy 1918 : Kiwis contre Vauban »

Face aux douves et au béton : enfoncer la Ligne « Hindenburg » (27-29 sept. 1918)

– Grâce à leur série d’offensives lancées en août et septembre, les forces du Commonwealth se sont considérablement approchées des fortifications de la Ligne « Hindenburg » (ou « Siegfried-Stellung » pour les Allemands). Pour le coup, les troupes de Douglas Haig se trouvent face à un véritable rempart bétonné et maçonné qui leur barre le passage entre le Front des Flandres et le nord de l’Aisne, leur interdisant le franchissement des Canaux du Nord et de Saint-Quentin. Pour « enfoncer la porte », on va retrouver à l’œuvre deux des meilleurs généraux du Commonwealth, Arthur Currie et John Monash. Cet article propose donc d’expliquer comment ces deux généraux s’y sont pris pour faire sauter cette fortification, avec des techniques et tactiques touchant davantage à la poliorcétique qu’à la simple manœuvre.

henry-tendi
1 – LE DERNIER GRAND REMPART DU KAISER

– Pour rappel, la Ligne « Hindenburg » n’est pas la première ligne fortifiée allemande. Érigée en 1917 sur ordre de Ludendorff et Hindenburg, elle s’intègre en vérité à un ensemble fortifié érigé depuis 1915. Originellement structurée en trois parties (une zone avant, une zone de Blockhäuse, une zone de contre-attaque et une zone de réserve), elle s’étend originellement du secteur de Farbus (Pas-de-Calais) jusqu’à l’entrée du Canal de Saint-Quentin. En outre, elle est prolongée à partir de Moeuvres (à l’ouest de Bourlon) par la Ligne Quéant – Drocourt qui est tombée aux mais des Canadiens le 10 septembre. Mais bien plus qu’une triple ligne de défense, « Hindenburg » se caractérise par un ensemble de lignes (2 principales et 7 plus petites) qui protègent les nœuds routiers et logistiques que sont Cambrai et Mézières. Les lignes « Wotan » et « Hindenburg » sont les mieux fortifiées avec leurs Continuer à lire … « Face aux douves et au béton : enfoncer la Ligne « Hindenburg » (27-29 sept. 1918) »

Le Medium Mark A Whippet

– William Tritton, ce nom ne vous dit sûrement rien. Mais si vous êtes lecteur assidu d’Acier et Tranchées depuis un peu plus de deux ans, vous l’avez déjà croisé. « Mais oui ! » vous exclamerez-vous ! « Il s’agit de l’ingénieur qui conçut le Tank Mark I sur les recommandations d’Ernest Swinton ! » Et je vous répondrai « c’est tout à fait exact. Cet homme de l’ombre qui ne connut pas les souffrances du front mais qui fut l’un des contributeurs les plus méconnus à la mécanisation de l’Armée britannique en particulier mais aussi, de la guerre en général ». C’est donc encore William Tritton qui conçut l’un des tanks les plus méconnus du public mais aussi l’un des plus intéressants, le Medium Mark A « Whippet », ce qui signifie « Lévrier ».

DSC_0126
1 – CONCEPTION

– La Genèse du « Whippet » commence en pleine Bataille de la Somme. Visitant le front le 20 septembre 1916 (nous sommes en plein dans les combats pour Flers-Courcelette, Le Transloy et Le Sars), Tritton reçoit alors la demande de concevoir un char léger et plus agile. L’intéressé ne sut vraiment de qui vint la demande – soi du Fieldmarschall Douglas Haig lui-même ou bien de l’état-major du BEF – mais elle fit suite au tout premier engagement des lourds et peu maniables Mark I et II. En effet, après seulement cinq jours d’engagement, les officiers britanniques se montrent particulièrement déçus par les faibles performances des engins chenillés, notamment en matière de franchissement de fossés et d’obstacles. Tritton reçoit la commande (pour/de) la conception d’un char plus léger pouvant répondre à cet impératif (1).

– Il est aussi intéressant de constater qu’un autre ingénieur, Continuer à lire … « Le Medium Mark A Whippet »

Le Fokker D. VII, un joyau aérien arrivé trop tard

Il s’agit sûrement du meilleur appareil de chasse allemand engagé durant la Grande Guerre, avec le Junker Ju-9, fabriqué en très petit nombre.

Fokker_DVII_2
– En 1917, face aux SPAD S.VII, SPAD XII,  Sopwith Camels et RAF S.E.5 et S.E.5a, Antony Fokker (l’un des meilleurs concepteurs d’avion de l’époque) reçoit la commande pour un avion capable de rivaliser avec les modèles alliés existants. Fokker conçut d’abord le Fokker Dr. I qui, malgré toute la légende héritée du « Baron Rouge », n’était pas une réussite malgré sa capacité à opérer de courts virages serrés.

– Fin 1917, après l’abandon de la fabrication du Continuer à lire … « Le Fokker D. VII, un joyau aérien arrivé trop tard »