Lawrence d’Arabie :« Contenir l’ennemi par la silencieuse menace d’un désert inconnu »

Parmi les personnalités excentriques et anti-conformistes qui peuplent l’histoire militaire britannique, Lawrence d’Arabie reste incontestablement la plus connue. Une célébrité en très grande partie due par la magistrale interprétation du grand Peter O’Toole dans le chef-d’œuvre au sept Oscars de David Lean. Le portrait qui est dressé du personnage historique est plutôt proche de la réalité : cultivé, charmeur, habile rhétoricien mais idéaliste jusqu’à la mégalomanie, irréaliste, prisonnier de ses rêves et finalement, un « pion » dans l’échiquier stratégique britannique qui le dépasse. Cependant, d’un point de vue de l’Histoire militaire, Lawrence reste sûrement l’un des grands novateurs de la Première Guerre mondiale. Son hétérodoxie militaire et son absence de préjugés l’on conduit à mener une guerre de guérilla, particulièrement efficace, qui tint compte des réalités arabes et qui a longtemps fait école.

lawrence-of-arabia-getty-tr-large
1 – DE L’ARMÉE D’UN EMPIRE AUX TRIBUS ARMÉES 

– Après les échecs de Gallipoli et de la première expédition de Mésopotamie (Kut al-Amara) en 1915-1916, le Foreign Office décide de jouer la carte des Tribus arabes pour afin de pressurer et d’épuiser « l’Homme malade de l’Europe ». Jamais à cours de promesses quand il s’agit de se trouver des alliés, les Britanniques, par l’entremise de Sir Henry MacMahon, ont promis à Hussein de constituer un grand royaume arabe qui engloberait La Mecque et Médine mais aussi, Bagdad, Jérusalem et Damas. Or, en 1916, les accords Sykes-Picot (signés hâtivement et sans vision à long terme) ont défini les zones de partage des restes de l’Empire Ottoman entre la France et la Grande-Bretagne dans le dos de Hussein, bien évidemment. Et comme si cela ne suffisait pas, influencé par Chaim Weissmann, Sir Arthur Balfour signe en 1917, sa fameuse Continuer à lire … « Lawrence d’Arabie :« Contenir l’ennemi par la silencieuse menace d’un désert inconnu » »

La Réserve Générale d’Artillerie lourde française (R.G.A.L)

– Contrairement à une idée reçue, l’Artillerie française n’avait pas que le Glorieux 75 dans ses parcs. Avant le déclenchement de la Guerre, le Ministère de la Guerre n’ignore pas le besoin de disposer de canons lourds. Plusieurs projets de fabrication de bouches à feu sont lancées avant 1914. Mais ils viennent assez tard pour équiper l’Artillerie française lors de l’entrée en Guerre. Jusqu’en 1917, l’Armée de Terre puise dans ses stocks de pièces datant des années 1880, tout en bénéficiant du concours de la Marine qui peut fournir des canons lourds qui ne seront pas installés sur des navires. Et ce, en attendant que les pièces plus modernes (les types Schneider ou Filloux notamment) . Le Commandement et l’Inspection de l’Artillerie réussissent – avec le concours de l’Industrie – à doter les armées du front de canons lourds, notamment de quelques pièces montées sur rail. Lors de la bataille de la Somme notamment, l’Artillerie française n’affiche plus le même visage qu’en 1914, avec un net accroissement de la proportion de pièces à feu lourdes, aux dépens des canons de 75. En dépit de ces efforts notables, l’emploi de l’Artillerie lourde n’est pas encore nettement centralisé, bien que l’état-major ait ordonné de créer un Etat-Major de l’Artillerie pour en perfectionner l’emploi. Jusqu’à fin 1916, les pièces lourdes sont disséminées au sein des Groupes d’Armées ou des Armées, selon les besoins opérationnels, ce qui n’est pas sans créer quelques remous chez certains généraux peu désireux de céder leurs pièces lourdes le moment.

canon-de-145-155-saint-chamond-modc3a8le-1916
Pièce GPF Filloux 155 M 1917 sur affût biflèche

– A la fin de l’année 1916, l’état-major français décide de rationaliser l’emploi de l’artillerie lourde française. Ce n’est pas nouveau puisque le GQG avait déjà tenté d’y mettre de l’ordre fin 1915 lors de son développement. L’Artillerie lourde est alors scindée entre l’Artillerie lourde à grande puissance et l’Artillerie lourde sur voie ferrée (ALVF). Les régiments sont confiés à chaque Groupe d’Armée mais cette répartition ne donne pas la satisfaction attendue. Toujours fin 1916, le GQG décide donc de créer une Réserve Générale d’Artillerie (RGA) dont le but sera de coordonner l’emploi des canons et obusiers lourds sur l’ensemble du front. Le 1er janvier 1917, le nouveau Généralissime français Georges Nivelle confie la direction de la RGAL au Général Edmond Buat, polytechnicien de formation et alors commandant de la 121e Division qui devait prendre la tête du IInd Corps d’Armée en remplacement de sa bête noire, Denis Duchêne (1). Le 11 janvier, après avoir laissé le commandement de division au Continuer à lire … « La Réserve Générale d’Artillerie lourde française (R.G.A.L) »

Erich Ludendorff, le tacticien qui a perverti la pensée de Clausewitz

– S’il fallait donner un visage au militarisme allemand du début du XXe siècle, celui d’Erich Ludendorff pourrait figurer dans la tête du classement. De plus, avec son visage aussi massif que sévère, barré par une moustache et alourdi par d’épaisses paupières, l’homme fait presque figure d’épouvantail. Néanmoins, il ne faut pas gonfler les talents et la justesse de jugement stratégique du personnage. En effet, s’il s’est montré un tacticien talentueux, du point de vue stratégique Ludendorff s’est montré quelque peu prisonnier de l’idée de la bataille décisive. Et si on doit mettre à son crédit de bonnes analyses sur l’industrialisation de la guerre, il ne faut pas oublier que c’est lui Paul von Hindenburg qui ont causé l’entrée en guerre des Etats-Unis et avec cela, la chute du Reich Wilhelmien.

ludendorff

1 – LES DÉBUTS D’UN OFFICIER PROMETTEUR

– Fils d’August Ludendorff, propriétaire terrien de son état et officier de réserve et de Klara née von Tempelhoff (dont la mère est issue de la noblesse polonaise), Erich Ludendorff naît le 9 avril 1865 à Kruzsewnia dans la région de Posen (Poznan). A cette époque, l’actuelle Posnanie est une terre au peuplement majoritaire polonais mais rattaché à la Prusse, d’où une forte présence militaire allemande dans cette ancienne région de colonisation. Erich Ludendorff connaît une enfance confortable grâce aux Continuer à lire … « Erich Ludendorff, le tacticien qui a perverti la pensée de Clausewitz »

Bataille de la Somme : l’Artillerie britannique

578fa195af3ce84e0b636082bded29f3

1 –  BREF HISTORIQUE SUR L’ARTILLERIE  DU BEF (1914-1916)

A l’aube de la bataille de la Somme, l’Artillerie britannique est surprise dans une période de mutation et de perfectionnement, ce qui ne se fait pas sans désordre.

En 1914, chaque batterie d’artillerie comprend 6 canons pour environ 200 hommes (5 officiers, servants, approvisionneurs, cochers, mécaniciens). Les canons plus lourds sont regroupés au sein de batteries plus petites (2-3 pièces). On trouve aussi 2 batteries de canons lourds sur rail. Mais la quantité de personnel servant ne varie pas. Et même, l’évolution de l’utilisation de l’artillerie et « l’alourdissement » des pièces et la diversification du rôle des batteries nécessitent une « spécialisation » des servants de batterie. En outre, les artilleurs sont moins exposés au feu que les fantassins, donc moins vulnérable. Bien que considérés comme « combattants », le taux de mortalité dans leurs rangs est moins élevé que dans l’Infanterie. Encore faut-il distinguer les servants de batteries de campagne placés plus en avant, des artilleurs de pièces lourdes qui peuvent actionner des pièces à plus de 10-20 km en arrière des lignes de tranchées. Si nécessaire, on ponctionne sur les personnels de l’Army Service Corps (logistique) ou de l’Army Ordnance Department (intendance).

– Les Artillery Brigades des corps et divisions étaient (conçues) comme Continuer à lire … « Bataille de la Somme : l’Artillerie britannique »

Bataille de la Somme : l’Infanterie britannique

Royal_Irish_Rifles_ration_party_Somme_July_1916
1 – PALIER A 
L’INEXPÉRIENCE

– Juste avant le 1er juillet 1916, la IVth Army compte quatre divisions de la Regular Army (4th, 7th, 8th et 29th). Les trois premières ont connu les combats en 1915, tandis que la dernière a connu les épreuves de Gallipoli, notamment au Cap Helles. D’autres issues de la Territorial Army (la réserve) sont arrivées en France également en 1915. Si certaines n’ont pas connu le feu, d’autres ont quand même l’expérience des combats comme la 9th (Scottish) qui s’est distinguée à Loos.

En revanche, la majorité des divisions mobilisées pour la Somme sont issues de la New Kitchener’s Army. Hormis le cas notable de la 36th (Ulster) dont nombre de soldats protestants d’Irlande ont une expérience paramilitaire, le reste n’a jamais vu le front (voir en complément l’article sur les Pals Battalions sur ce même blog). Enfin, en plus d’un manque d’expérience au feu, certaines de ses divisions n’ont pas vu tout leur équipement leur parvenir. Cette lacune est en grande partie due à l’accélération de la production en série d’équipements et d’uniformes, ce qui n’est pas sans causer des pénuries de dotation.

– La doctrine de tactique d’infanterie qu’adopte la IVth Army mêle Continuer à lire … « Bataille de la Somme : l’Infanterie britannique »

Evolution de l’emploi de l’Infanterie française en 1916

– Le public a tendance à l’oublier mais en 1916, l’emploi des fantassins français commence à connaître de notables mutations. On se cantonne bien souvent à la vision des « Poilus » défendant leurs positions à Verdun. Mais à l’instar des Britanniques, les Français commencent à réfléchir à l’amélioration de l’emploi de leur Infanterie pour les assauts. Il s’agit là d’un impératif au regard des saignées de 1914 et de 1915. Constatant (enfin) que l’emploi des grandes vagues d’infanterie envoyées pour déborder les positions ennemies ne donne que des résultats sanglants, les généraux français débattent de l’utilité de ne plus miser essentiellement sur le nombre mais sur la mobilité et la puissance de feu.

canon-de-37mm-tr-modc3a8le-1916
Fantassins français s’entraînant au maniement du Canon de 37mm Mle 1916 à tir rapide

– Le Commandement comprend très vite l’intérêt de maintenir temporairement des unités à l’arrière pour leur dispenser une instruction plus poussée sur les nouvelles méthodes de combats. Ainsi, Joffre ordonne-t-il de « réduire au strict minimum les forces laissées en première ligne pour permettre de perfectionner l’instruction des troupes » (octobre 1915). Contrairement aux Britanniques où les réflexions se font individuellement ou collectivement dans les états-majors des Divisions ou des Corps (Ivor Maxse), les débats chez les Français s’effectuent dans les états-majors d’Armées et de Corps d’Armée. Préparant son offensive sur la Somme, Ferdinand Foch (alors à la tête du Groupe d’Armées du Nord) préconise une « progression par bonds » et non plus une attaque par vagues. Foch souscrit également aux idées nouvelles du Capitaine André Laffargue, fondées sur Continuer à lire … « Evolution de l’emploi de l’Infanterie française en 1916 »

Oskar von Hutier (1857-1934)

– Bien que méconnu aux yeux du public intéressé par la Grande Guerre, Oskar von Hutier reste sans doute l’un des généraux allemands comptant parmi les plus compétents sur la plan tactique. Plus particulièrement dans l’emploi des Stosstruppen ou Sturmtruppen (troupes d’assaut).
1344859
– Issu d’une famille de militaires saxons, Oskar von Hutier voit le jour à Erfurt (à l’époque en Saxe) le 27 août 1857. Son père, Cölestin von Hutier est un officier de l’armée prussienne qui terminera sa carrière avec le grade d’Oberst (Colonel). La guerre est presqu’une affaire de famille, puisque son grand-père a servi dans les troupes saxonnes de la Grande Armée durant les guerres napoléoniennes.
Suivant la tradition familiale, le jeune Oskar intègre les rangs de la Kaisersheer en 1875, comme Sekondeleutnant (Sous-lieutenant) au 2. Nassauisches-Infanterie-Regiment 88. Promu Bataillon-Adjudant en 1881, il est promu Premierleutnant (Lieutenant) en 1883. En 1885, il rejoint les bancs de la Preussens-Kriegsakademie et y sort en 1888 avec le grade de Hauptmann (Capitaine). Remarqué par ses supérieurs, il intègre le Continuer à lire … « Oskar von Hutier (1857-1934) »