« Michael » : l’Archange pour l’offensive de la dernière chance – Quatrième partie

LE CALVAIRE DE LA FIFTH ARMY BRITANNIQUE –

Le 21 mars, au QG d’Avenes-sur-Help, tout le monde est à la fête. Tactiquement, le succès est (presque) au rendez-vous. Si la Third Army résiste encore, la Fifth peut s’écrouler sous les coups de boutoir des Sturmtruppen. En à peine une semaine, les troupes de Gough vont subir un véritable calvaire qui mènera l’alliance franco-britannique au bord de la catastrophe. Mais aussi brutale et rapide soit-elle, l’offensive allemande va s’essouffler et buter sur la rapidité de la réaction alliée. Et, malgré les succès tactiques allemands, la ville de Montdidier deviendra le dernier rempart avant Paris et la Manche.


image-20170328-3793-10g1lhs

1 – LE ROULEAU  COMPRESSEUR ALLEMAND

Le 22 mars, après avoir percée la première ligne britannique en plusieurs points, les trois armées allemandes s’apprêtent à fondre sur la seconde ligne. Pendant la nuit, il faut relever les régiments d’assaut les plus fatigués. Les régiments de réserve prennent alors position dans les secteurs acquis lors de l’assaut du 21 mars. Le lendemain, durant la matinée, l’assaut reprend encore plus furieux. Dans le secteur de la XVII. Armee, von Below décide d’accentuer l’effort sur son flanc droit, entre la « Colline du moulin » au nord de Croisilles, avec la 6. Königlich-Bayerische-Division (). Mais si Croisilles finit par tomber, les Britanniques bloquent encore les Allemands sur Vraucourt. Haig ordonne alors à Byng de contre-attaquer contre le Gruppe « Lindequist » sur la ligne Havrincourt – Flesquières, afin de maintenir le contact avec la Fifth Army. Sauf quasi-simultanément, von der Marwitz relance sa II. Armee à l’attaque entre Gouzeaucourt et Vermand. Comme pour la veille, l’attaque est menée par les Continuer à lire … « « Michael » : l’Archange pour l’offensive de la dernière chance – Quatrième partie »

Publicités

Lt.Col. Rémy Porte : « Les Etats-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française » (2017)

9791091561983

– Est-il nécessaire de présenter le Lieutenant-Colonel Rémy Porte ? Docteur en Histoire (HDR) et auteur de plusieurs ouvrages de référence sur la Grande Guerre. La sortie de son dernier ouvrage présenté ici, « Les Etats-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française », paru aux éditions Soteca, tombe à point pour le Centenaire de l’entrée en Guerre des Etats-Unis commémorée en Continuer à lire … « Lt.Col. Rémy Porte : « Les Etats-Unis dans la Grande Guerre. Une approche française » (2017) »

Guerres & Histoire : mutineries et désobéissances de 1917

Un dossier passionnant, qui colle à cette année 2017 en prenant ses distances avec les débats passionnels qui alimentent – et qu’alimentent – les médias et le cinéma depuis une bonne quinzaine d’année. Cette fois, Jean Lopez, Laurent Henninger et Yasha MacLasha signent un dossier des plus intéressants sur les mutineries et désertions qui ont marqué l’année 1917.

Capture
– Avec l’habitude bienvenue de tordre le cou aux nombreux mythes de l’Histoire militaire, Guerres & Histoire montre que si le phénomène de la désobéissance  se moque des parapets de tranchées, il n’est nullement monolithe et diffère largement d’une armée à l’autre. Si entre la Russie, la France et l’Italie, l’épuisement est le dénominateur commun, les Continuer à lire … « Guerres & Histoire : mutineries et désobéissances de 1917 »

Guerres & Histoire : l’autel d’aumônier de la Grande Guerre

A lire :
003db8f7
– Dans le dernier numéro de Guerres & Histoire (juin-juillet 2016), dans la rubrique consacrée à l’équipement individuel selon les époques, Xavier Boniface* établit une description du matériel des aumôniers catholiques français, en prenant appui sur l’autel du Père Louis Lenoir SJ. X. Boniface replace aussi le contexte de la présence et du rôle des aumôniers militaires dans l’Armée de la IIIe République.

* Xavier Boniface, Docteur en Histoire, est Professeur de l’Université d’Amiens, membre du CRHAEL et auteur de « L’Aumônerie militaire française 1914-1962 » et « L’Armée, l’Eglise et la République 1871-1914 »

Ligne de Front – Mythes et légendes du soldat Hitler

ligne-de-front-61

– Article très intéressant de Nicolas Anderbegani paru dans le dernier numéro (mai-juin) de la revue d’Histoire militaire grand public « Ligne de Front » intitulé « Le soldat Hitler. Mythes et réalités du caporal autrichien ». L’auteur revient sur la Première guerre mondiale d’Adolf Hitler qui n’a pas été aussi héroïque que le dictateur le prétendra dans « Mein Kampf » et par la suite pour les besoins de la propagande.

– Outre son engagement dans l’Armée royale bavaroise qui tient davantage d’une erreur administrative que d’un appel de la Providence, Hitler ne connaît que très peu l’enfer des premières lignes durant le conflit, entre les Flandres et la Somme. Versé au sein d’un régiment de Bavarois (le 16e, levé au début du conflit et loin d’être une unité d’élite), Adolf Hitler a surtout rempli son devoir d’estafette dans les Flandres et sur la Somme, rapportant des messages pour diverses unités mais assez loin des rafales de mitrailleuses. En revanche, il a connu les bombardements d’artillerie, d’où ses deux blessures. Mais en aucun cas, il a connu les corps-à-corps sanglants et les assauts de tranchées.

– D’autres détails sur les mystifications du caporal autrichiens sont contenus dans l’article.

Cordialement

« Guerres & Histoire » – Aleksei Broussilov

Chers lecteurs, chères lectrices, il y a peu, je vous parlais du Général Aleksei Alekseievitch Broussilov, officier de Nicolas II considéré comme le plus capable. N’ayant guère pu me rendre à Moscou et ne parlant pas russe – à mon grand regret – je n’avais pu rassembler que des informations axées sur le parcours « opérationnel » du personnage.

SVGH_0030_1_Couv_BAG ok-SANS CB.indd
– Je peux maintenant critiquer mon propre article en dressant la comparaison avec celui rédigé par Jean Lopez et Yasha MacLasha dans le dernier numéro de « Guerres & Histoire » dans la rubrique « Etats de service ». S’appuyant sur les archives entreposées à Moscou comme les récents travaux de l’historien russe Alekseï Nelipovitch, les deux auteurs livrent un regard mesuré sur le général russe. Sans remettre en cause nombre de ses qualités qui lui permettent d’émerger au milieu d’une coterie de généraux, l’article montre comment à l’été 1916, Broussilov a manqué l’occasion d’infliger à la Triple Entente une défaite qui aurait pu faire changer le cours de la guerre à l’Est et – peut-être – de retarder la chute de Nicolas II.  Enfin, l’article s’attarde sur le basculement du personnage dans le camp des Bolchéviks, engendrant une critique mémorielle post-mortem à son égard.

Lecture du moment : le Journal du Général Edmond Buat

1 481 pages, rien que ça ! Georges-Henri Soutou et le Colonel Frédéric Guelton ont publié et annoté fin 2015 le « Journal » de guerre du Général Edmond Buat (1868-1923), officier français resté longtemps peu connu du grand public. Et pourtant, l’Armée française de 1918 lui dut beaucoup, notamment pour avoir créé et commandé la Réserve générale d’Artillerie lourde (RGAL).

51neVtDANWL._SX331_BO1204203200_
– Il ne s’agit pas ici de mémoires de guerre. En effet, celles-ci sont toujours écrites après un conflit avec une forte dose de justification des décisions prises, avec une propension à se défausser sur ses rivaux du moment. Le travail du Général Buat se présente comme un imposant journal composé de douze cahiers et couvrant dix années de service (1914-1923). Il s’agit néanmoins d’un travail inachevé en raison du décès soudain de son auteur suite à l’échec d’une opération médicale.
Chaque cahier est décomposé en notes rédigées quotidiennement sur le déroulé des journées du général. Comme le précise Georges-Henri Soutou en introduction, le Journal d’Edmont Buat a le grand intérêt d’une certaine fraîcheur et d’une spontanéité qu’on ne retrouve pas dans des mémoires. Emile Fayolle a laissé un travail comparable, quoique moins fourni, avec ses notes de guerre. Par choix personnel, nous nous bornerons à parler partiellement de la période couvrant la Grande Guerre et 1919.

– En quoi le journal du Général Buat est-il instructif ? Tout d’abord, Continuer à lire … « Lecture du moment : le Journal du Général Edmond Buat »