Verdun 1917 : exemple de reconquête par le feu (première partie)

Dans la mémoire nationale, Verdun reste incontestablement lié à l’année 1916 et à son cortège de feu et de sang. Du coup, la Seconde bataille de Verdun, celle de 1917, reste assez occultée, l’échec du Chemin des Dames y aidant. Pourtant, c’est bien l’une des victoires – limitées mais nettes – dont pu se prévaloir l’Armée française. Elle fut décidée par Philippe Pétain afin de regonfler le moral d’une armée en pleine crise. Mais comme le souligne Jean-Yves Le Naour, contrairement à une légende, le Commandement français n’arrête pas les offensives pour autant, étant donné qu’on en réclame à Compiègne et à Paris (1). Mais cette-fois, on décide de ne plus réitérer les erreurs commises sous (et par) Nivelle. Ainsi, l’Offensive de Verdun voulue par Pétain – complétée à l’automne par la Bataille de la Malmaison – se veut-elle un succès tactique significatif, créé grâce à une meilleure planification, avec notamment l’utilisation accrue et améliorée de l’artillerie lourde, conformément à ce que le Général disait avant-guerre : « le feu tue ». Mais cette fois-ci, le Commandement n’assigne pas de grand objectif stratégique. Les offensives limitées doivent reprendre des portions du front cédées aux Allemands mais avec une nette portée symbolique.

spa-58-l-2738
1 – LE PLAN OFFENSIF FRANÇAIS 

– Après s’être employé à redresser le moral de l’Armée française durant l’été 1917, en maniant le bâton et la carotte – tout en soignant sa communication et sa popularité* – , Philippe Pétain décide de déclencher une série d’offensives limitées sur une partie « calme » du front. Il décide alors de frapper les positions de la V. Armee allemande (Max von Gallwitz) dans le secteur de Verdun. Or, après la reprise des forts de Douaumont et de Vaux à la fin de l’année 1916, les Allemands ont certes dégarni cette partie du front de divisions mais ne l’ont pas moins renforcé en « s’enterrant » plus solidement sur Continuer à lire … « Verdun 1917 : exemple de reconquête par le feu (première partie) »

Publicités

Passchendaele (Troisième bataille d’Ypres) : l’impasse de boue – 5

– LA PRISE DE WESTHOEK

– Le 31 juillet, la Fifth Army a emporté son premier objectif (Albrecht-Stellung) mais n’a pas atteint le second. Mais Gough décide de ne pas relâcher la pression et de sécuriser le Plateau de Gheluveld en s’assurant le contrôle de Westhoek, de Glencorse Wood, d’Inverness Copse et Fitzclarence Farm. Sauf que le Lieutenant-General John Davidson, Chef des Opérations du BEF, propose plutôt de retarder l’attaque en attendant la fin du mauvais temps, d’autant qu’une carte trouvée sur un prisonnier indique le positionnement des nids de mitrailleuses pour les premières lignes.
p03631-176
– Gough souhaite relancer ses 3 divisions combattantes le 31 (24th, 30th et 8th) immédiatement mais Davidson lui souligne que c’est trop précipité et que ces divisions sont fatiguées. Mieux vaut lancer les divisions fraîches pendant que les autres refassent leur force. Gough consent alors à faire entrer en lice ses deux divisions de réserve, soit la 18th (Eastern) de Richard Lee – réputée solide –  et la 25th de Guy Bainbridge. Du coup, l’attaque doit être retardée le temps que s’effectue la relève de chaque Brigade ; En revanche, à cause de l’état abject du sol, il est hors de question d’employer des Tanks qui risqueraient d’être vite inutiles. Selon le plan couché par Gough et Davidson, les deux divisions doivent attaquer avec 2 Brigades (54th et 55th pour la 18th  – 74th et 75th pour la 25th) en laissant leur troisième en réserve pour les phases de consolidation – conquête.

– Sauf qu’avec une pluie incessante qui Continuer à lire … « Passchendaele (Troisième bataille d’Ypres) : l’impasse de boue – 5 »

Passchendaele (Troisième bataille d’Ypres) : l’impasse de boue – 2

Comme il a été montré à travers les articles sur les batailles de Vimy et de Messines, l’Armée Britannique de 1917 n’a plus le visage juvénile et sans expérience des Pals Battalions qui paient le prix du sang sur la Somme. Depuis 1916, comme l’a montré l’historien canadien Bill Rawling, l’Armée britannique et les forces des Dominions ont gagné en qualité technique par un profond travail d’analyse des échecs et des réussites (1).
Comme l’explique John Keegan, en 1917, l’Armée Britannique arrive à un niveau ex-aequo avec son adversaire germanique. Conscients de l’importance des combats d’attrition, les officiers britanniques novateurs ont perfectionné le procédé de consolidation (« mopping up ») qui permet de grignoter et tenir le terrain en fatiguant l’adversaire. Il en a été question dans les articles consacrés aux batailles de Vimy et de Messines (2). Du coup, à l’été 1917, les Généraux de Sa Majesté sont confiants dans la qualité de leurs soldats, aguerris, mieux entraînés pour la majorité et mieux armés.  Il sera aussi question dans cet article du concours français – largement méconnu – apporté aux Britanniques avec la Ire Armée du Général Anthoine.
q5723
2 – L’ARMÉE BRITANNIQUE : UN VISAGE MODERNE ET UNE TRÈS BONNE TENUE

1- L’Infanterie : importance accrue de la section

– Après la Bataille de la Somme, les généraux et officiers subalternes britanniques revoient complètement l’emploi de leurs unités pour l’assaut de positions fixes allemandes, en tenant compte de l’utilisation de la « défense élastique ». Ainsi, le manuel SS 135 publié par le BEF en mai 1916 est-il remplacé par le SS 143. Celui-ci, diffusé en février 1917 marque la fin définitive de l’attaque en ligne avec un petit nombre de spécialistes détachés. La section est alors divisées en quatre pelotons avec la répartition suivante : le premier avec des lanceurs de grenades et des assistants, le second avec 1 servant de Lewis et 9 servants portant 30 chargeurs tambours ; le troisième avec 1 sniper, 1 observateur et 9 fusiliers et la quatrième , avançant en tête, avec des fusils lance-grenades avançant en deux vagues couvrant Continuer à lire … « Passchendaele (Troisième bataille d’Ypres) : l’impasse de boue – 2 »

Passchendaele (Troisième bataille d’Ypres) : l’impasse de boue – 1

– Au début de 1917, avec le déclenchement de la « guerre sous-marine à outrance », Douglas Haig décide de privilégier une vaste offensive dans les Flandres afin de libérer les ports flamands de la Mer du Nord qui servent d’abri aux sous-marins allemands. Mais suivant les accords franco-britanniques, le commandant du BEF doit déployer des moyens pour appuyer l’offensive de Robert Nivelle. Ulcéré mais bridé par Lloyd-George, Haig met toute la mauvaise volonté possible pour appliquer favorablement le plan de Nivelle, même s’il a réussi à faire capoter le projet de commandement unifié (1). Ainsi, le 23 janvier, il écrit que cela lui prendra six semaines pour déplacer les troupes et le matériel nécessaires d’Arras aux Flandres. Il consent néanmoins à laisser les Ist et IIIrd Armies (Horne et Allenby) lancer des attaques limitées entre Arras et la Somme. Le 21 mars, il écrit une nouvelle fois à Nivelle pour lui expliquer que monter une attaque contre la Crête de Messines et Steenstraat lui prendra cinq-six semaines. Durant le mois d’avril et au début du mois de mai, Douglas Haig est accaparé l’offensive d’Arras. Mais avec l’arrêt de l’Offensive Nivelle dans l’Aisne, le général britannique peut reprendre son projet d’offensive dans les Flandres. Haig pense donner un dernier coup de rein décisif pour sortir de l’impasse stratégique. Le résultat sera encore bien en-deçà de ses espérances en dépit d’une plus grande qualité technique des forces du Commonwealth.
135153-004-28040315
– Le 1er mai 1917, Haig écrit encore que l’offensive Nivelle a affaiblit les Allemands – ce qui est autant diplomatique que contestable – mais que vouloir effectuer une percée décisive était prématuré. Du coup, Haig justifie l’urgence à mettre à exécution son projet d’offensive dans les Flandres, notamment dans le Saillant d’Ypres. A l’automne 1914, après avoir dû abandonner la Crête de Gheluvelt et Messines, les Britanniques se sont arc-boutés sur Ypres. Et la tenace résistance de troupes anglaises, écossaises et indiennes a empêché les Allemands de s’emparer de la cité drapière lors de la « Course à la Mer », créant ainsi une pointe avancée dans le front allemand après la stabilisation de l’hiver 1914. Mais en avril 1915, les Allemands cherchent à

Continuer à lire … « Passchendaele (Troisième bataille d’Ypres) : l’impasse de boue – 1 »

« Mordre et tenir » ; l’apogée de la guerre des mines (7 juin 1917) – 2

Le 7 juin 1917 à 03h50, les quelques londoniens encore ou déjà éveillés ressentent comme une secousse soudaine. Nombre d’entre ont pu prétendre avec étonnement que la Grande-Bretagne se situait sur une plaque sismique méconnue jusqu’alors. Il n’en est rien, puisque la déflagration en question est due à un titanesque enchaînement d’explosions de mines sur le Front des Flandres, plus précisément sous la Crête de Messines entre Ypres et le Canal de Comines. Les coupables de ce succès explosif ? Le minutieux General Herbert Plumer et les Tunneliers du Commonwealth, qui ont accompli là une véritable prouesse dans la poliorcétique de la Première Guerre mondiale.

sommeintro-image018

– L’utilisation des mines dans les conflits ne date pas de la Grande Guerre mais est bien connue depuis l’Antiquité. Mais d’un point de vue sémantique, on entend alors par « mine » une galerie creusée en sous-sol et non le matériel explosif antipersonnel ou anti-véhicule. Jusqu’à l’arrivée de la poudre noire sur les champs de bataille, les civilisations du bassin mésopotamien, les Grecs, les Romains et les armées médiévales pratiquaient les « sapes » afin d’abattre les murailles adverses. Puis, à partir du XVIe siècle, on pratique le même type de « travail » avec l’usage des explosifs. Ainsi, les Guerres de Louis XIV en Europe, la Guerre de Crimée et la Guerre de Sécession ont été marquées par des épisodes où chaque camp eut pour Continuer à lire … « « Mordre et tenir » ; l’apogée de la guerre des mines (7 juin 1917) – 2 »

« Mordre et tenir » : la bataille de la Crête de Messines (7-10 juin 1917) – 1

– Stratégiquement, pendant que Nivelle bataille pour le Chemin des Dames, les Britanniques regardent du côté des Flandres, notamment d’Ostende (base des U-Boote). Sauf que les plaines au nord d’Ypres ont été noyées par les Belges lors des combats de la « Course à la Mer » (Dixmude et l’Yser). Fin 1914, suite à la bataille de Langemarck, le Front s’est figé dans la boue, avec la constitution du Saillant d’Ypres tenu par l’Armée britannique. Malgré une attaque allemande en 1915, les Allemands n’ont pas réussi à le réduire et le Front est resté stable pendant moins de deux ans. S’y font face la Second Army britannique (Herbert Plumer) et la IV. Armee allemande de Berhard Sixt von Arnim qui a fait ses preuves en matière défensive. Les Britanniques tiennent le nœud ferroviaire d’Ypres ainsi que Boesinghe au nord du saillant, de même que le Mont Kemmel et le Bois de Plougsteert au sud. De leur côté, les Allemands tiennent les Crêtes qui ceinturent le nord, l’est et le sud d’Ypres. « Crête » étant un mot assez mélioratif pour désigner de simples pentes qui ne « culminent » qu’à 100-110 m au-dessus du niveau de la mer.
messines20model
1 – CONTEXTE STRATÉGIQUE

– Au nord – nord-ouest les troupes de von Arnim tiennent la Crête de Plickem. Toutefois, durant la préparation de son offensive de 1916, Douglas Haig a demandé à Plumer de préparer une offensive de percée dans les Flandres. Mais le projet n’aura pas lieu car Haig, en accord avec Joffre, a décidé d’attaquer sur la Somme afin de soulager le Front de Verdun. Sauf qu’en 1917, Haig convainc Lloyd-George d’attaquer de nouveau dans les Flandres. La raison est stratégiquement simple et guère mauvaise en soit : Continuer à lire … « « Mordre et tenir » : la bataille de la Crête de Messines (7-10 juin 1917) – 1 »

La bataille d’Arras (11 avril – 16 mai 1917)

– Paradoxe de l’histoire militaire de la Grande Guerre, l’offensive britannique d’Arras qui s’étend sur plusieurs mois reste encore occultée par l’un de ses seuls succès offensifs, soit la prise de la Crête de Vimy. Initialement, l’offensive d’Arras doit se développer sur une ligne de 18 km, de Vimy au nord à Neuville-Vitasse au sud. Mais comme pour nombre d’offensives britanniques de 1916-1917, la bataille d’Arras va se caractériser par un enchaînement d’attaques localisées, avec des succès au début (Vimy), suivis presque immédiatement d’ échecs (Bullecourt) qui mettront fin aux rêves de percée décisive des généraux du BEF.
battle_of_arras
– Comme dit dans un article précédent, le plan offensif allié pour le printemps 1917, retravaillé par Nivelle et accepté de plus ou moins bon gré par la britanniques comporte une offensive principale (Aisne) qui sera menée par l’Armée française, ainsi qu’une offensive de soutien effectuée par les Britanniques contre le saillant constitué par l’Ancre et Scarpe (Nord de la France). Le Plan de Haig consiste à lancer une attaque convergente, avec la Fifth Army (Hubert Gough) sur l’Ancre et la Third Army (Edmund Allenby) depuis le nord-ouest (Arras). Les Britanniques alignent en tout 14 divisions dont 2 Australiennes, ainsi qu’une forte artillerie et quelques dizaines de chars. L’attaque contre le Front d’Arras comporte également la prise de la Crête de Vimy qui revient au

Continuer à lire … « La bataille d’Arras (11 avril – 16 mai 1917) »