La mitrailleuse FIAT-Revelli Modello 1914

Quelques années avant l’entrée guerre du Royaume d’Italie, la Reggia Escercita s’alarme de son manque criant de mitrailleuses. Certes, les Gouvernements successifs ont passé diverses commandes à des usines d’Europe (notamment auprès de Maxim) mais, en dépit de premiers essais, l’Italie n’a pas encore développé la fabrication de ce type d’arme afin de fournir son armée indépendamment des achats à l’étranger. C’est alors que le Capitaine Bethel Abel Revelli présente une réponse à ce problème.

FIAT Revelli
Mitrailleuse FIAT-Revelli M 1914 (Musée de Salzbourg, Fonds personnels)

– Avant toute chose, il faut bien voir que Revelli ne fut pas le premier concepteur d’une mitrailleuse italienne. En 1901, Giuseppe Perino, alors officier-ingénieur technique de l’Artillerie se penche sur la question. Après sept ans de travaux, il conçoit une mitrailleuse (la Perino Modello 1908) fortement inspirée de la Maxim allemande qui est présentée au Ministère de la Guerre en 1908. La mitrailleuse italienne présente aussi la caractéristique de posséder une alimentation en cartouches à partir d’un boîtier fixé sur la gauche de la culasse. Les politiques de Rome et plusieurs militaires jugent l’arme « excellente », la classent dans la rubrique « top secret » mais demandent des améliorations afin qu’elle puisse mieux rivaliser avec les modèles étrangers existant. Sauf que les travaux traînent en longueur et le Ministère de la Guerre sent que le temps presse. Laissant Perino à ses études, le Ministero della Guerra prête attention aux travaux du Capitaine Revelli, déjà connu pour avoir conçu le pistolet Glisenti (qui sera mis en service en 1910). Revelli reprend en grande partie les travaux de Perino mais s’emploie à améliorer l’alimentation en cartouches et penche pour un système de refroidissement en eau. Testée en 1910, la nouvelle mitrailleuse présente satisfaction et le Ministère de la Guerre décide de lancer la fabrication. Mais pour cela, il faut convertir des usines à ce nouveau rôle. Or, en raison d’un manque de décision politique, le lancement de la fabrication prend plusieurs années ; D’autre part, à l’exception notable du Piémont, de la Lombardie et de la Vénétie, l’Italie n’a pas vraiment un maillage industriel pouvant lui permettre de lancer une fabrication de mitrailleuses à une cadence accélérée. Les usines FIAT, spécialisées dans l’automobile, décident de concourir à la fabrication de la nouvelle mitrailleuse, tout simplement parce qu’elles disposent des infrastructures de travail nécessaires. Mais il faut attendre 1914 pour voir les premiers exemplaires sortir des chaînes de montage.

– Outre Turin, l’arme est assemblée à Brescia (Lombardie) dans les ateliers des usines Brixia Metallurgica Tempini et Societa Italiana Ernesto Breda. Hormis le radiateur en tôle, l’arme est intégralement composée d’acier. Elle mesure 1,118 m de longueur dont 65,4 cm pour le seul canon et sa masse est de 17 kg à vide (22,4 kg si l’on compte le trépied). Chose intéressante, la position de la pièce de métal peut être ajustée après (déplacement) du (couvre flanc) du magasin. Cela permet également au tireur d’adapter son tir suivant les différentes conditions et munitions employées. Comme son homologue britannique Vickers, la FIAT-Revelli utilise un système de refroidissement par eau. Mais sa plus grande originalité provient sûrement de système d’approvisionnement, assez inclassable pour l’époque. En effet, l’arme est alimentée par un chargeur (50 ou 100 cartouches 6,5x52mm Mannlicher-Carnano) à compartiments ressemblant à un harmonica. Mais si originalité il y a, le principal inconvénient vient du magasin dont la disposition permet à la poussière et à la neige de pénétrer dans la culasse, ce qui rend les enrayements fréquents.

– Le mécanisme de l’arme est quasiment similaire à celui de la Maxim ou de la Vickers. Le canon cylindrique est séparé de la culasse mobile. Lors du tir, si la culasse exerce le mouvement de recul habituel (marqué par un léger choc) et le canon ne bouge pas.  La FIAT-Revelli dispose également d’un mécanisme de sélection du mode de tir : automatique ou semi-automatique (« Lenta »). Malgré les défauts représentés par l’alimentation de cartouches, la mitrailleuse offre des qualités balistiques plutôt honorables, avec une cadence de tir de 400-500 coups à la minute.

– Produite sur les chaînes d’assemblage des usines mentionnées précédemment, la FIAT-Revelli garnit les rangs des bataillons d’Infanterie (troupes de montagne comprises) et des quelques unités de cavalerie. Mais dans son travail sérieux, Revelli a oublié une chose. Son arme est sophistiquée et requiert un emploi par des soldats qualifiés. Or, si les quelques soldats du nord qui se retrouvent dans l’Infanterie* s’en accommodent assez rapidement, il n’en va pas de même pour ceux du Mezzorgiorno tirés de leurs campagnes et peu familiers de toute mécanisation. Et en raison de l’environnement de combat montagnard, la mitrailleuse rencontre les problèmes mentionnés dans les lignes précédentes. Enfin, un grand nombre est laissé aux Allemands et aux Austro-Hongrois après la défaite de Caporetto. Et pour pallier rapidement au manque de FIAT-Revelli, les Alliés enverront des centaines de Hotchkiss, Lewis et Vickers pour rééquiper les unités tactiques italiennes. Cependant, la fabrication ne s’arrêtera pas et l’arme servira dans les conflits italiens des années 1930 et 1940. Et une autre version sera lancée en 1935.

* Socialement plus favorisés, les officiers du nord choisissent davantage les armes dites savantes, comme l’Artillerie et le Génie ou même l’aviation.

 

Source
Forgotten Weapons (site web)

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s