Bataille de la Somme : la bataille de la Crête de Bazentin

– Après le 4 juillet, les troupes britanniques ont grignoté du terrain à la II. Armee en concédant des pertes terribles. La « Bataille d’Albert » s’achève par la prise de la Boisselle, de Mametz et de Montauban. Mais Thiepval et Longueval sont encore aux mains des Allemands. Après avoir reposé ses forces, la IVth Army est prête à mener une nouvelle offensive de grande ampleur sur la Crête de Bazentin, là où se situe la seconde position allemande dans le secteur sud du front (le moins bien défendu). L’attaque est prévue pour le 14 juillet.

piper
– Le secteur choisi est plus restreint que celui choisi pour le 1er juillet. Il comprend donc Bazentin-le-Petit, Bazentin-le-Grand, Longueval et le Bois Delville et se trouve être encore le moins bien défendu  L’idée de départ avancé par les généraux de Rawlinson est de confier l’attaque principale vers l’est au XVth Corps de Henry Horne, l’une des formations de la IVth Army encore en « bon » état après le 1er juillet. La 1st Division (Peter Strickland), unité du IIIrd Corps, doit aussi lancer une attaque de flanc-garde à l’aile gauche (ouest) du XVth Corps afin de capturer la « Villa » de Contalmaison. Mais le 11 juillet, Rawlinson réunit à Querrieu son état-major, de même que ses commandants de Corps. Le projet d’offensive fait l’objet d’une demande de modification. Horne et Congreve estiment qu’il faut maintenir l’attaque du XVth Corps mais en l’appuyant par le XIIIth Corps qui devra pousser par le sud en constituant des points de consolidation (« mopping up ») sur les pentes sud de la Crête de Bazentin-le-Petit. Et le XIIIth Corps devra protéger l’offensive en s’appuyant sur le Bois de Mametz. Rawlinson demande à Haig de remodeler le plan, pendant que son chef d’état-major Archibald Montgomery-Marssingberd contacte Sir Launcelot Kiggell, son pendant au BEF pour faire une demande finale. Malgré son scepticisme nourri par l’inexpérience des soldats de la IVth Army, Douglas Haig laisse Rawlinson planifier son offensive (1). Mais le cavalier espère encore exploiter les percées réalisées par les fantassins, puisqu’il ordonne à son protégé Hubert Gough (commandant de la Reserve General Army) de déployer les 1st, 2nd et 3rd Indian Cavalry Divisions au sein des deux Corps chargée de l’attaque.

– Le plan final est donc confié à Henry Horne et Walter Congreve, dont les XVth et XIIIth Corps est le mieux en état de lancer une offensive de grande ampleur. L’attaque doit démarrer avec un ouragan de feu de 5 minutes durant lesquelles l’artillerie de campagne et l’artillerie lourde du XIIIth Corps doivent déverser 300 kg d’obus par mètre de tranchée ! Et l’infanterie doit s’approcher au plus près de la ligne allemande en rampant, avant de lancer un assaut de nuit. Mais cette idée d’attaque de nuit ne suscite guère l’enthousiasme chez les généraux britanniques. Certains se souviennent de la tentative de la 12th (Eastern) Division qui s’est révélée infructueuses, estimant que si les Allemands détectent la présence de soldats dans le no man’s land durant la nuit, l’attaque tournera au désastre. Finalement, le XIIIth Corps (à droite) doit attaquer entre le nord-ouest du Bois de Bernafay et le Bois « Malboro » avec la 9th (Scottish) Division (William Furse) et la 3rd Division (Aymler Haldane), une unité d’active. Le XIIIth Corps doit aussi s’emparer de Longueval et du Bois Delville. Un mot sur la 9th (Scottish) Division. Cette unité aligne 2 brigades écossaises (26th et 27th), ainsi que la 1st South-African Brigade. La 9th (Scottish) est une unité qui a fait ses preuves lors de l’offensive de Loos le 25 septembre 1915. Ayant subi de lourdes pertes, elle dut être complétée avec la brigade Sud-Africaine, à effectifs presque pleins mais encore inexpérimentée. Mais les Allemands vont apprendre à craindre les combattants Écossais, réputés courageux et combattifs. Les « Scotsmen » hériteront même du sobriquet de « Femmes de l’Enfer » (Höllesfrauen) en référence à leur port du kilt (2). De son côté, la 18th (Eastern) Division d’Ivor Maxse – qui se remet du « Z-Day » et des combats du Bois des Trônes – surveillera le flanc droit du XIIIth Corps. Sur la gauche, le XVth Corps de Horne doit attaquer entre le Bois « Malboro » et le nord du Bois de Mametz, avec les 7th Division (Herbert Watts) et 21st Division (David Campbell). Problème, la 7th Division vient de combler ses pertes du 1er juillet mais l’amalgame entre les nouveaux arrivants et les combattants survivants ne s’est pas encore bien effectuée. Enfin, cette fois-ci les Français ne coopéreront pas à l’attaque, puisque Foch a ordonné à Fayolle de concentrer ses efforts sous la rive gauche de la Somme. En revanche, l’attaque de la 1st Division contre la « Villa » de Contalmaison est maintenue, avec le « Lower Wood » comme second objectif. Dernièrement, la Reserve Army de Gough prend en charge l’aile gauche de la IVth Army avec pour ordre de s’emparer d’Ovillers afin de dégager cette portion de la route Albert-Bapaume. Les éléments de 2 divisions du Xth Corps doivent y être employées.

bazentin_le_petit_14_july_1916_map
– L’attaque doit commencer par un bombardement préparatoire qui doit matraquer la Ferme de Waterlot, Flers, le Bois de Fourcaux (« High Wood »), Martinpuich, Le Sars et Bapaume. Pour cela Horne et Congreve déploient d’importants moyens d’artillerie lourde, avec des pièces montées sur rail. L’artillerie des deux corps a donc besoin quotidiennement de 25 obus par pièce sur rail de 15-inch, 50 pour les obusiers de 9.2-inch, 110 pour les obusiers de 8-inch et 250 pour ceux de 6-inch. D’autre part, l’artillerie de campagne est aussi mobilisée. Rawlinson la concentre au pied de la Crête de Montauban en lui assurant la fourniture de 2 000 obus par canon ! Enfin, les deux corps de la IVth Army sont aidés par la maîtrise des airs assurées par les appareils du RFC et de l’Armée française. Et cette fois, chaque partie des zones à conquérir ont été soigneusement photographiées, en référençant les tranchées et les PC, permettant ainsi aux personnels d’état-major de réactualiser les cartes du front et aux officiers d’artillerie de dresser rigoureusement leurs plans de tir.

– Les premières attaques britanniques ont lieu dès le 13 juillet. La 1st Division parvient à s’emparer de la « Villa de Contalmaison » et du « Lower Wood ». Et dans le secteur du XVth Corps, 1 Battalion de la 20th Brigade s’empare de la « Tête de marteau » (« Hammerhead »). Enfin, dans le secteur de la Reserve Army, la 14th Brigade de la 32nd Division et la 7th Brigade de la 25th Division lancent leur attaque contre Ovillers mais échouent à dégager le « Saillant de Leipzig ». L’objectif ne sera tenu que le 15 juillet.

– Le rassemblement nocturne des troupes des XVth et XIIIth Corps au plus près des lignes allemandes est un exemple du genre. Les Battalions de tête écossais des 26th et 27th Brigades (9th Division) se concentrent sans encombre en profitant des trous d’obus laissés par les pièces de 6-inch. Les soldats se dirigent sur leurs objectifs grâce à des rubans plantés par des équipes à la faveur de la nuit. Chaque Battalion est appuyé par une section de mitrailleuses de la 26th Machine Gun Company et par 1 section de mortiers de la 26th Mortar Company. Des formations des Royal Engineers. Du côté des  7th et 3rd Divisions, une seule perte est à déplorer, ce qui n’empêche pas non plus la concentration des 20th, 22nd, 8th et 9th Brigades, là encore à l’aide de rubans déployés dans le no man’s land. Certains Battalions ne sont qu’à 50 m de la ligne ennemie. Les Allemands sont prévenus de l’attaque imminente, grâce à l’envoi de patrouilles par le Bayerisches-Infanterie-Regiment Nr. 16.

Friedrich Sixt von Arnim, commandant du IV. Armee-Korps

– Le 14 juillet à 03h20, le court mais terrible « ouragan de feu » s’abat sur les tranchées allemandes, couplé à des tirs de mitrailleuses. A 03h25, les premières vagues écossaises et anglaises dépassent sans encombre la première ligne allemande, suivis des seconde et troisième vagues. Face à la 9th (Scottish) Division Allemands font bien donner un tir de contre-barrage mais les obus tombent en plein dans la « Caterpillar Valley », ne causant aucune perte sérieuse aux Écossais. Durant la matinée, les 26th et 27th Brigades parviennent à conquérir la majeure partie de leurs objectifs et s’approchent de Longueval. Mais au QG divisionnaire, les informations qui parviennent font faussement état de la capture du village de Longueval alors que ça n’est pas le cas. En effet, le 1st South African Regiment (The Cape) a bien accroché la lisière sud de la localité mais se heurte à une forte résistance de la part du II. Bataillon/BIR Nr. 16.
Du côté de la 3rd Division, les 8th et 9th Brigades réussissent à passer les deux premières lignes allemandes malgré des tirs de mitrailleuses du I. Bataillon/BIR. Nr. 16 (qui était prévenu de l’attaque). Le 1st Bn. Northumberland Fusiliers réussit à s’emparer de Bazentin-le-Grand. Et dans le secteur de la 7th Division, la 20th Brigade progresse bien également à travers les deux premières lignes allemandes avant de consolider ses positions. Elle repart à l’assaut du Bois de Bazentin-le-Grand à 04h25, derrière un lift d’artillerie. La 20th Brigade consolide une nouvelle fois ses positions pour passer le relais aux 2 Battalions de tête de la 22nd Brigade, le 2nd Bn. Warwickshire et le 2nd Bn. Royal Irish s’emparent de Bazentin-le-Petit à 06h30. Les Bavarois passent à la contre-attaque et reprennent le village, à l’exception du cimetière. Une contre-attaque menée par les 2nd Bn. Royal Irish et les Ecossais du 2nd Bn. Gordon Highlanders assure la maîtrise de Bazentin-le-Petit aux Britanniques. Ceux-ci s’enterrent et repoussent plusieurs assauts allemands. En fin de matinée, Horne fait donner la 21st Division de Campbell qui envoie sa 110th Brigade renforcer le secteur de Bazentin-le-Petit. Pour Rawlinson, Horne et Congreve, la matinée a bien commencé. Leurs soldats se sont emparés de leurs premiers objectifs,  et capturé 1 442 prisonniers allemands. Robin Prior et Trevor Wilson estiment que l’attaque du 14 juillet a permis aux Britanniques de conquérir du terrain, grâce à une meilleure préparation du bombardement. Rawlinson et ses subordonnés ont compris qu’une zone abondamment matraquée par les obus peut être conquise rapidement (2). En revanche, la coordination et la transmission pêche par manque de moyens adéquats. Comme l’a expliqué John Keegan, les commandants de division sont souvent coupés de leurs Battalions, malgré le perfectionnement des moyens téléphoniques. Avec les fils téléphoniques qui risquent d’être coupés, les messages sont acheminés par des estafettes qui risquent d’être tués par des bombardements (3). Et c’est pour cette raison que Horne – et donc Rawlinson – sont trompés quant à la situation concernant plusieurs objectifs.

– ÉCHEC AU BOIS DELVILLE

–  Mais les premiers accrocs au plan de Rawlinson commencent à surgir. En effet, au PC du Major-General Furse les messages qui arrivent par estafettes et courrier sont contradictoires. Certains annoncent la capture de Longueval et du Bois Delville. Mais seul le sud du village a été occupé. Les Allemands comprennent alors que la perte de Longueval et du Bois Delville permettra aux Britanniques de s’engager sur les pentes sud-est de la Crête de Bazentin. Von Below ordonne alors que le Bois Delville soit tenu coûte que coûte. Il décide alors de raccourcir le front du XIV. Reserve-Korps pour confier le secteur de la Crête de Bazentin au IV. Armee-Korps de Friedrich Sixt von Arnim qui arrive en renfort. Sixt von Anrim envoie alors ce qu’il a sous la main pour venir au secours des Bavarois, soit l’IR. Nr. 26 (1. Magdeburgisches) de la 7. Division (alors tenue en réserve) et le RIR Nr. 99. Sixt von Arnim et confie la défense du secteur à la 3. Königlich-Bayerisches-Division de Kurt von Wenninger. Le retard pris par les Sud-Africains va coûter très cher au XIIIth Corps. Furse ordonne à Henry Lukin, commandant de la 1st SA Brigade (4) de s’emparer du Bois Delville. Pendant trois jours, plus de 3 000 Sud-Africains et Rhodésiens tentent de conquérir les arpents d’arbres décharnés, face aux Bavarois qui, bien que fatigués par leur arrivée à marche forcée, se défendent avec acharnement. Aux attaques et contre-attaques succèdent des barrages d’artillerie qui finissent par transformer en paysage lunaire coiffé de troncs décharnés.
Pendant quatre jours, les quatre régiments de Lukin attaquent l’un après l’autre en essuyant de lourdes pertes. De son côté, Furse lance ses deux brigades écossaises à l’assaut du nord du Bois (« North Street » et « Prince’s Street »). Le 15 juillet, la 3. KBD reçoit l’aide du Bayerisches-Reserve-Infanterie-Regiment Nr. 6 (10. Königlich-Bayerisches-Division) qui contre-attaque par l’est. Il est repoussé de haute lutte par le 2nd South African Regiment (Natal and Orange Free State) du Lt-Col. Tanner.  Si les Écossais réussissent à grignoter du terrain et les Sud-Africains à progresser dans ce qui reste du Bois, aucune percée n’est enregistrée. Les Bavarois interdisent toujours à leurs ennemis de déboucher sur la Crête de Bazentin par le nord-ouest du Bois. Le 19 juillet, la 1st South African Brigade est relevée par la 53rd Brigade (18th Division). Il ne reste plus à Lukin que 780 soldats valides.

combat
Gravure représentant les combats du Bois Delville

– L’ÉCHEC DU HIGH WOOD

– En raison de la confusion qui règne dans les états-majors des divisions et des corps d’armée, les Britanniques ne s’aperçoivent pas – malgré les observations aériennes du No 3 Squadron – que le Bois des Fourcaux (dénommé High Wood) est vide. Friedrich Sixt von Arnim flaire le danger et envoie le III/IR Nr. 26 protéger le Bois. Contrevenant à la réputation de ne rien décider, Herbert Watts propose d’envoyer sa brigade de réserve, la 91st, nettoyer le High Wood rapidement le 14. Mais Horne lui ordonne d’attendre la 2nd Indian Cavalry Division de John Vaughan, ainsi que les éléments de tête de la 33rd Division de Herman Landon qui doit agir en soutien mais qui tarde à arriver. Mais la Secunderabad Brigade se rassemble en retard au nord de Montauban. Et pendant ce temps, les Allemands se renforcent en disposant des mitrailleuses dans les Bois. Finalement, le 15 juillet, les 20th Deccan Horse et 7th Dragoon Guards sont alignés en face du Bois et chargent à la lance. Malgré 8 tués dans leur rang, une centaine de blessés et 130 chevaux tués, les cavaliers indiens, appuyés par les mitrailleuses de la division chassèrent les soldats du III Bataillon/Infanterie-Regiment Nr. 26 du High Wood. Malheureusement, ce succès ne sera pas exploité par le général Horne (XVth Corps), en raison de mauvaises transmissions des informations. Le High Wood restera sans défense plusieurs heures avant d’être réinvesti, sur ordre de von Arnim, par l’IR Nr. 72 (8. Division) et l’IR Nr. 165 (7.Division).

– Quand Horne ordonne alors à Watts de prendre d’assaut le High Wood, il est déjà trop tard. Quoique appuyée par l’artillerie du XVth Corps qui achève de ravager le bois, la 91st Brigade de la 7th Division s’épuise en vaines attaques contre des Allemands particulièrement mordants. A gauche de la 7th Division, la 33rd Division passe également à l’attaque à l’ouest du High Wood afin de prendre la ligne intermédiaire allemande – la « Switch line » – et progresser vers Martinpuich. Mais les mitrailleurs allemands prennent les Battalions de ligne des 98th et 100th Brigades en enfilade, leur infligeant de très lourdes pertes qui font échouer l’attaque. Le 16 juillet, Watts reçoit l’ordre de relancer une attaque pour prendre le High Wood. Mais la préparation tourne à la confusion. Si les deux bataillons allemands qui tiennent le bois doivent se replier en raison du tir de barrage britannique, ils finissent par le réoccuper sans difficulté. Mais le Bois reste constamment sous le feu de l’artillerie anglaise. Un nouvel assaut est prévu pour le 18 avec la 33rd Division mais il est ajourné. Finalement, la 7th Division est relevée par la 3rd qui tient l’est de Bazentin-le-Grand. Parallèlement, la 33rd relève la 21st Division.

clnqvykweaujnan
Horsemen (cavaliers) du 20th Deccan Horse

– En deux jours d’attaque, les Britanniques ont perdu 9 000 hommes (ce qui n’est guère glorieux mais tout de même moins cataclysmique que le 1er juillet), contre 2 300 Allemands.


(1) BOUTET M. & NIVET Ph. : La Bataille de la Somme. L’hécatombe oubliée, Tallandier
(2) PRIOR R. & WILSON Tr. : The Somme, CUP
(3) KEEGAN John : La Première Guerre mondiale, Perrin
(4) La 1st SA Brigade comprend les 1st SA Regiment (The Cape), 2nd SA Regiment (Natal and Orange Free State), 3rd SA Regiment (Transvaal and Rhodesia) et 4th SA Regiment (Scottish).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s