Somme 1916 : le sanglant« Big Push » du 1er juillet (6)

Le XIIIth Corps de Walter Congreve (placé entre l’ouest de Maricourt et Carnoy) a pour objectif du 1er juillet de prendre le village de Montauban et de progresser, épaule contre épaule, avec le XXe Corps d’Armée français de Maurice Balfourier. Historiens britanniques et français sont en majorité unanimes sur les résultats des deux divisions engagées sur cette partie du front ; ils furent – malgré les lourdes pertes – les meilleurs pour la IVth Army (1). Les raisons ? Une meilleure coordination infanterie-artillerie et un esprit plus imaginatif des généraux, notamment de la part d’Ivor Maxse, le commandant de la 18th (Eastern) Division. Ainsi, via les travaux préalables de Maxse, l’emploi de l’infanterie se fonde sur un processus comptant – au sein de chaque Brigade et de chaque Battalion – une phase de conquête d’une position ennemie, suivie d’une phase de consolidation (mopping-up) qui permet d’attaquer vers l’objectif suivant.

french_742x581
– La 18th (Eastern) Division doit attaquer sur la gauche, tandis que la 30th Division de Stanley est chargée d’attaquer sur la droite. Sa 89th Brigade faisant la jointure avec le 153e RI de la 39e DI française. Les principaux objectifs du 1er juillet sont la « Tranchée de Dublin », la « Redoute de Glatz » et la « Tranchée des Pommiers », puis accrocher la crête qui relie Montauban à Mametz. Ensuite, le XIIIth Corps doit pivoter vers le nord-est sur le Bois de Favière et la « Redoute de Dublin ». Enfin, il doit lancer un dernier assaut pour prendre Bernafay, le Bois des Trônes et la Ferme Falfemont qui permet d’atteindre Guillemont. L’attaque du corps de Congreve est mieux préparée. D’un part, les Royal Engineers de la 30th Division sont parvenus à creuser une première ligne située à environ 140-150 m des lignes allemandes. Les fantassins des Battalions de tête ont reçu l’ordre de sortir également avant le bombardement préparatoire. Les plans de feu d’artillerie sont aussi mieux élaborés : l’artillerie lourde doit appuyer l’infanterie par un tir de barrage contre la première ligne. Ensuite, l’artillerie de campagne (Field Artillery) effectuera un barrage roulant en six lifts synchronisés, au plus près desquels l’infanterie doit progresser.

– Les troupes de Congreve partent aussi avec un avantage, et non des moindres. Grâce à un meilleur relevé des cibles, effectué avant le 24 juin, les pièces lourdes ont réussi à mettre la majorité des batteries de la 12. Reserve-Division (2) hors d’état de nuire. Ensuite, les tirs préparatoires ont été concentrés sur des zones plus restreintes, détruisant plusieurs pans des lignes barbelées dans le secteur de Montauban. Même le QG du Reserve-Infanterie-Regiment Nr. 23 a été pulvérisé. Seulement, l’artillerie n’a pas entamé les abris bétonnés, comme dans la plupart des cas pour la IVth Army.

23bbfab900000578-2860468-general_sir_walter_congreve_vc_sir_walter_s_remarkable_letter_re-a-5_1417705787581
Sir Walter Congreve

– L’attaque du XIIIth Corps démarre donc le 1er juin à 07h22 par le tir de barrage couplé au feu de 6 batteries de mortiers Stokes. A 07h30, la 89th Brigade (17th, 19th et 20th Bns Liverpool ; 2nd Bn. Bedford) s’élance à l’attaque et avance rapidement sur 460 m, évitant ainsi de subir un contre-barrage allemand. Le succès est d’abord au rendez-vous car la première ligne est atteinte et 300 hommes de l’Infanterie-Regiment Nr. 62. Après une pause, les Pals de la 89th Brigade s’emparent de « Casement Trench » et d’« Alt Trench », ramassant encore des prisonniers. Sur la droite de la 30th Division, le 153e RI s’empare de la « Redoute de Dublin », permettant à Stanley de consolider ses résultats. Aussitôt, les Battalions de soutien de la 30th Division arrivent avec pelles et pioches pour creuser de nouvelles tranchées.
Sur la gauche, la 21st Brigade (18th Bn. King’s Own Royal, 19th Bn. Manchester, 2nd Bn. Princess of Wales’ Own Yorkshire et 2nd Bn. Duke of Edinburgh’s Wiltshire) atteint la ligne allemande avec quelques pertes mais ses 2 Battalions de tête s’emparent de la « Vallée du chemin de fer » (« Railway Valley »). Seulement, le Battalion de gauche est vite pris sous un violent tir de mitrailleuses qui lui cause des pertes. Néanmoins, la 21st Brigade réussit à consolider ses prises et à s’emparer de « l’Allée du Train » (« Train Alley »), contraignant des éléments de l’IR Nr. 109 à se replier.
Sur la gauche de la 30th Division, la 90th Brigade (16th, 17th et 18th Bns. Manchester ; 2nd Bn. Royal Scots Fusiliers) avance avec ses compagnies scindées en plusieurs demi-sections, protégées par un écran de fumée. L’artillerie allemande donne également de la voix mais les effets sur l’avance britannique sont réduits, en raison de la disposition des troupes adoptées. Les principaux dégâts sont causés par un mitrailleur allemand bien posté qui sera réduit au silence par des servants de Lewis Gun. Malgré une certaine confusion causée à cause de la fumée, les hommes de la 90th Brigade trouvent la « Redoute de Glatz » et peut entrer dans les ruines de Montauban à 10h05. Le village est inoccupé, excepté par un renard.

– A 11h00, la 90th Brigade reprend son avance et s’empare de « l’Allée de Montauban » en envoyant 100 prisonniers dans les lignes de la 30th Division. Le 16th Bn. Manchester se rue sur les positions d’artillerie du Feld-Artillerie-Regiment Nr. 21 situées dans la « Caterpillar Valley ». Les « Pals » forcent ainsi les canonniers allemands à se replier. Courant à découvert, les malheureux sont mitraillés par les servants de Lewis et même attaqués par les appareils du 9 Squadron Royal Flying Corps. Les Britanniques peuvent consolider leurs positions conquises et avaler un repas chaud qui leur parvient. Mais l’artillerie allemande vient gâcher les réjouissances, causant plusieurs pertes.
Mais la panique semble gagner la 12. Reserve-Division et du XIV. Reserve-Korps. Des rapports font état de la présence de soldats britanniques à Bernafay et dans le Bois des Trônes. Or, le XIIIth Corps consolide ses positions et n’a pas encore attaqué ses deux objectifs. Quoiqu’il en soit les officiers allemands mobilisent tous ceux qui peuvent porter un fusil, cuisiniers, personnels de l’administration pour barrer la route aux Anglais.

– Mais à 11h30, l’artillerie lourde de Congreve déclenche un violent tir contre la Briqueterie et à 12h30, le 20th Bn. (King’s) Liverpool avance derrière le tir de barrage et atteint « l’Allée du Nord » (« Nord Alley ») en attaquant à la grenade. Finalement, le colonel commandant de l’Infanterie-Regiment Nr. 62 et trois officiers de son état-major sont capturés. Au vu du succès britannique, Hermann von Stein, commandant du XIV. Reserve-Corps ordonne à Karl von Kehl d’envoyer tout le reste de sa 12. Reserve-Division (alors basée sur Cambrai) d’attaquer la crête de Mametz-Montauban.

i_098
Ivor Maxse, commandant de la 18th (Eastern) Division

– Sur la gauche du XIIIth Corps, la 18th (Eastern) Division passe aussi à l’attaque. Bien que formée de « Pals » de l’est et du centre de la Grande-Bretagne, sans expérience du feu, elle a été entraînée intensivement par Ivor Maxse et ses officiers. Le combat au corps à corps n’a pas été négligé. Ses objectifs sont de conquérir l’éperon de Carnoy, l’Allée de Montauban et l’éperon de Montauban qui domine le « Bois du Caterpillar » (« Caterpillar Wood »). Son plan de feu est similaire à celui de la 30th Division mais Maxse a ordonné que l’avance sur les seconde et troisième lignes allemandes soient effectuées par un bombardement de shrapnels. Enfin, chaque brigade d’infanterie s’est vue adjointe 1 compagnie des Royal Engineers pour consolider les positions conquises.

– L’attaque de la 18th (Eastern) Division démarre à 07h27 par l’explosion de deux mines (respectivement 2,3 et 500 tonnes) sous la position appelée « Kasino Punkt » situé entre Mametz et Montauban et tenue par des éléments du Bayerisches-Reserve-Infanterie-Regiment Nr. 6 (Oberst Leibrock). Mais à cause d’une confusion lors de la détonation (un officier tunnelier britannique aperçoit des troupes amies sur Kasino Point et déclenche les charges tardivement) plusieurs dizaines de soldats de 4 Battalions de la 18th Division sont tués dans l’explosion. Mais les Allemands perdent aussi des hommes et nombre de survivants perdent le moral. Les Britanniques s’élancent ensuite à l’assaut pour nettoyer « Kasino Point », ce qui est effectué à la baïonnette et à la grenade par le 7th Bn. The Buffs (55th Brigade). Le Sergent P.G. Upton tue lui-même dix allemands à la baïonnette (4).

– Les trois brigades de la division passent à l’attaque derrière le barrage roulant. En raison des pertes infligées par le bombardement préparatoire, plusieurs soldats des RIR. 109 et BRIR.6 se rendent. Néanmoins, sur la droite, la 55th Brigade (7th Bn. Queen’s, 7th Bn. The Buffs, 8th Bn. East Surrey et 7th Bn. Royal West Kent) rencontre des difficultés à la position baptisée « The Warren » une heure après le démarrage de l’assaut. Mais à 09h00, grâce aux succès de la 30th Division  sur la « Redoute de Glatz » et « Train Alley », la 55th Brigade reprend son avance, favorisée par le retrait allemand vers Montauban. La 55th Brigade parvient à la « Tranchée de Breslau » mais ne va pas plus loin.
Au centre, la 53rd Brigade (8th Bn. Norfolk, 8th Bn. Suffolk, 10th Bn. Essex et 6th Bn. Royal Berkshire) avance, aidée par un lance flamme qui détruit une position de mitrailleurs. Les Battalions de tête de la brigade réussissent à capturer la position dite du « Château » (« The Castle »), la « Tranchée de Back » (« Back Trench ») et attaquent la « Tranchée des Pommiers ». Mais leur avance est stoppée un temps par trois mitrailleurs allemands survivants du bombardement et positionnés sur « Popoff Lane ». Mais ils sont réduits au silence à leur tour par un parti de lanceurs de grenades. Finalement, la « Tranchée des Pommiers » tombe aux mains des britanniques à son tour. Le processus de consolidation peut commencer avec l’arrivée de servants de mortiers Stokes.

– Sur la gauche, la 54th Brigade (11th Bn. Royal Fusiliers, 7th Bn. Bedford, 8th Bn. Northamptonshire et 12th Bn. Middlessex) avance entre les deux cratères causés par les mines pour longer l’éperon de Mametz. Mais elle est bloquée par d’intenses tirs de mitrailleuses provenant du « Triangle » (ceux-là même qui bloquent la 21st Division) qui causent des pertes importantes à son Battalion de droite. Néanmoins, son Battalion de gauche dépasse rapidement l’éperon de Mametz et occupe la « Tranchée des Pommiers » vingt minutes après son départ. Les 53rd et 54th Brigades reprennent leur avance et 2 Battalions (1 de chaque brigade) chassent les élements du RIR. Nr. 109 de la « Redoute des Pommiers ». Le succès ne s’arrête pas là, puisque 2 Battalions réussissent à s’infiltrer dans la « Tranchée de l’érable » (« Maple Trench ») par l’est et à dégager la position par un combat de près d’une heure à la grenade et au corps-à-corps. Malgré leurs pertes sévères dues aux mitrailleuses, les 3 brigades de Maxse ne relâchent pas leur avance. En dépit du freinage de la 53rd Brigade, la 18th Division avance derrière le barrage d’artillerie et avance « l’Allée du Scarabée » (« Beetle Alley ») qui tombe sur le coup de 10h00 après un violent engagement. A 09h30, seuls les défenseurs de la « Tranchée de Breslau » et la « Tranchée de la boucle » (« Loop Trench ») sont encore aux mains des Allemands. « Loop Trench » est prise après 10h00 par le Battalion de réserve de la 55th Brigade, ce qui lui permet d’atteindre Montauban, menaçant la retraite des Allemands. Vingt minutes plus tard, les « Tranchées de Breslau » et « de la Boucle » tombent et les Britanniques font 242 prisonniers appartenant au RIR. Nr. 109, IR. Nr. 62 et BRIR. Nr.6.
Durant l’après-midi, les Britanniques s’emparent définitivement de la « Redoute des Pommiers », de « White Trench ». et de « Caterpillar Trench ». Suivant la procédure de consolidation, les hommes des Battalions de soutien s’emploient à réparer les positions allemandes. Congreve ordonne alors à la 9th (Scottish) Divsion, maintenue en réserve pour la journée, d’envoyer 2 Battalions renforcer la 18th Division. Congreve veut alors pousser son avantage, d’autant que le Bois des Trônes et Bernafay sont laissés sans défense par les Allemands. Idée à laquelle répondent favorablement les généraux Balfourier et Nourisson (commandant de la 39e DI). Mais au regard des pertes subies par le reste de la IVth Army, Henry Rawlinson ordonne au XIIIth Corps de consolider ses positions et d’attendre (de crainte de laisser Congreve isolé), à la colère des Français.

– Au soir du 1er juillet, les éléments des 12. et 28. Reserve-Divisionen et de la 10. Königlich-Bayerisches-Division se retirent sur leur seconde position (Braune Stellung) qui couvre Guillemont, Longueval et Bazentin-le-Grand. Seul le Königlich-Bayerisches-Infanterie-Regiment Nr. 16 (celui du caporal Adolf Hitler) se trouve entre Longueval et Flers. Au 21h00, le gros de la 12. RD s’installe entre Combles et Ginchy et se place sous le commandement de la 28. RD de von Hahn. Fritz von Below ordonne à von Kehl de reprendre Montauban et le Bois de Favières. Mais les renforts allemands sont fatigués. Von Kehl ordonne néanmoins une attaque en tenaille contre Montauban. L’IR. Nr. 51 (droite) d’attaquer Montauban par le nord-est, depuis le sud de la route Albert-Bapaume et de reprendre « l’Allée de Montauban », la « Redoute de Dublin » et la Briqueterie. Au centre, le RIR Nr. 38 doit reprendre le Bois de Favières, pendant qu’à gauche, le RIR. Nr. 23 doit attaquer entre Curlu et Maurepas. De son côté, le KBIR Nr. 16 doit attaquer entre la Ferme de Waterlot et Longueval, afin d’attaquer Montauban par l’est.

– Le 2 juillet, la contre-attaque allemande démarre sur 6,4 km mais sans succès. Un groupe de soldats bavarois tombent sur des Britanniques postés dans la « Caterpillar Valley » (au nord de Montauban) qui réussissent à demander un tir de barrage devant leur position. L’artillerie du XIIIth Corps tonne, contraignant les Allemands à se retirer. L’IR Nr. 51 arrive à la briqueterie fatigué et désorganisé. Il suffit de salves de mitrailleuses pour les faire déguerpir. Devant l’insuccès de ses troupes, von Below décide d’arrêter les frais et de demander des renforts pour renforcer ses lignes. Ainsi, les 5. et 185. ID, la 11. RD et la 3. Gardes-Division viennent renforcer le dispositif de la II. Armee sur la Somme. Mais ce sont les seuls réserves immédiatement disponibles. De son côté, la 30th Division réussit à s’emparer du Bois de Bernafay. Pendant plusieurs jours, cette partie du front reste calme.

– Pour la prise de Montauban, le XIIIth Corps a perdu un peu plus de 6 100 hommes, soit 3 000 à la 30th Division et 3 100 à la 18th. Néanmoins, les Britanniques ont infligé des pertes terribles à deux régiments allemandes (IR. 62 et BRIR. 6) qui ont failli ne plus exister durant la journée. Et l’avance du XIIIth Corps se chiffre entre 3 et 4 km pour le 1er juillet, soit l’avance la plus notable de la IVth Army.

 


(1) BOUTET Marjorie & NIVET Philippe : La bataille de la Somme. L’hécatombe oubliée, Tallandier, Paris
(2) CLARKE Dale : World War I Battlefield Artillery Tactics, Osprey Publishing, London
(3) GRIFFITH Paddy : Battle Tactics on the Western Front. The British Art of Attack 1916-1918
(4) ROBERTS Andrew : Elegy. The first day of the Somme, Head of Zeus Publishing, London.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s