Somme 1916 : le sanglant« Big Push » du 1er juillet (3)

3 – SECTEUR DU Xth CORPS :

– Le Xth Corps de Thomas Morland qui doit enfoncer le secteur de Thiepval a pour objectif deux secteurs fortement défendus, la « Redoute de Schwaben » et le « Saillant de Leipzig ».

Redoute de Schwaben : la charge des Ulstermen

– Placée  sur le flanc gauche du Corps, entre la roue de Saint-Pierre-Divion et Thiepval, la 36th (Ulster) Division d’Oliver Nugent a pour objectif la « Redoute de Schwaben » (Schwaben Schanze), un petit réseau de tranchées situé à 700 m au nord de Thiepval qui barre la route de Grandcourt, au sud de l’Ancre. La « Redoute de Schwaben » est reliée à une seconde ligne de défense (Grandcourt – Pozières) par un réseau de tranchées (Sodern, Grallsburg, Alte Württemburg, Staufen et Zollern). Chaque nom fait référence à des villes et lieus de Souabe et du Württemberg. La Redoute est aussi reliée à la Ferme du Mouquet et au village de Thiepval.

nid_bcch_1996_324
– La 36th (Ulster) Division est une unité de la NKA au nom quelque peu programmatique. En effet, elle est formée d’un bon tiers d’hommes issus de l’Ulster Volunteer Force (UVF), soit des paramilitaires protestants unionistes regroupés derrière Sir Edward Carson et prêt à résister à l’extension de la Home Rule, concédée aux Catholiques par le Parlement britannique. D’ailleurs,  afin de commémorer la victoire la Boyne (1), les plusieurs soldats d’Ulster revêtent une écharpe orange (par référence au Prince Guillaume d’Orange, vainqueur de Jacques II Stuart), tandis que d’autres revêtent une ceinture spéciale (Sash).  Le plan de Nugent consiste simplement à attaquer la redoute, avec la 109th Brigade sur la gauche et la 108th sur la droite. La 109th Brigade (9th, 10th, 11th Royal Inniskilling Fusiliers et 14th Royal Irish Rifles) doit s’emparer de la ligne A (la ligne de front allemand), la tranchée de soutien A1 et la ligne B, avant d’accrocher la route Thiepval – Grandcourt. Ensuite, deux Battalions de réserve viendront occuper les lignes A et B afin de permettre à la 109th Brigade de poursuivre son avance. La 108th Brigade (9th, 11th, 12th et 13th Royal Irish Fusiliers)  doit conquérir les lignes A et B et s’enterrer le long de la ligne C dans le coin nord-est de la Redoute de Schwaben. Enfin, la 107th Brigade (8th, 9th, 10th et 15th Royal Irish Rifles) doit s’emparer de la ligne D. En face, le secteur est défendu par le Reserve-Infanterie-Regiment 99 de la Reserve-Infanterie-Brigade 52.

– Le 1er juillet 1916,  à 07h30, suivant le barrage roulant et un tir de mortiers, les Nord-Irlandais s’apprêtent à

avancer la première ligne allemande. Mais la fumée obstrue le champ de vision des observateurs qui ne peuvent distinguer les linges adverses. Mais des mitrailleurs allemands postés dans le cimetière de Thiepval commencent à arroser les lignes britanniques, pendant qu’un tir de contre-barrage s’abat sur les arrières des lignes de la 36th Division. Néanmoins, à 07h48 les fantassins de la 108th Brigade s’élancent en avant avec de très lourdes pertes. Mais les survivants réussissent à s’enfoncer vers la ligne C et un coin de la Redoute de Schwaben à 08h48, en ramassant 500 prisonniers. Mais s’ils réussissent à percer dans le dispositif allemand, les quelques soldats britanniques sont très vite isolées, d’autant que les communications avec l’arrière sont mauvaises.

– La 107th Brigade avance vers la ligne A mais le 10th Bn. Royal Irish Rifles qui avance à droite est reçu par un violent tir de mitrailleuses. Après des efforts et des pertes, les soldats d’Ulster réussissent à aborder la ligne A. Mais en raison de l’échec de la 32nd Division à Thiepval, Nugent demande à Morland d’annuler l’attaque de la 107th Brigade sur la ligne D. Mais Nugent reçoit l’ordre d’attaquer sur les flancs mais environ 45 minutes plus tard, Morland fait annuler l’ordre en attendant que la situation sur les flancs soit résolue. Mais l’ordre d’arrêt ne parvient pas à la 107th Brigade dont les quatre bataillons s’élancent à l’attaque. Les mitrailleuses trouent leurs rangs mais les soldats d’Ulster continuent d’avancer et à progresser de 910 mètres et à atteindre la Tranchée de Grandcourt. Mais isolés, ils doivent se replier après une contre-attaque allemande. En revanche, 50 nord-irlandais parviennent à une position d’artillerie allemande appelée « Boom Ravine » (« Artilleriemulde ») en face de la ligne de Grandcourt. D’autres groupes réussissent aussi à attendre le sud de la ligne sur le coup de 10h00. Du coup, le Generalmajor von Soden, patron de la 26. Reserve-Division craint de voir son front crevé, ce qui permettrait aux Britanniques d’atteindre Thiepval. Von Soden ordonne au général Auwäter, commandant de la Reserve-Infantry-Brigade 52 de contre-attaquer, avec 1 bataillon du Bayerisches-Reserve-Infantry-Regiment 8 en renfort. Mais les soucis causés par le bombardement britannique (fils téléphoniques coupées et paysage bouleversé) contraignent Auwäter à ne démarrer sa contre-attaque qu’à 16h00. A ce moment, Nugent et ses officiers ignorent les intentions de von Soden, d’autant que le 4 Squadron Royal Flying Corps qui observe l’attaque de la 36th (Ulster) Division repère un retrait de l’artillerie allemande depuis Grandcourt vers Courcelette à 16h30. Mais il ne repère aucune concentration d’infanterie allemande. Auwäter attaque de manière concentrique par le nord-est, l’est et le sud-est contre.
rwg05040
– Après l’arrivée de ravitaillement du côté allemand, les Allemands passent à la contre-attaque pour dégager la Redoute de Schwaben et le « Crucifix », en dépit du concours d’un tir de barrage de flanc donné par les pièces longues françaises. A 15h00, la 146th Brigade de la 49th (West Riding) Division attaque Thiepval mais son Battalion de tête est violemment arrêté. Les Allemands passent alors à la contre-attaque mais sont repoussés à leur tour par des tirs de Lewis Gun. La 146th Brigade reçoit l’ordre de se porter vers la Redoute de Schwaben pour renforcer les Nord-Irlandais. Mais leur progression est fortement entravée par des contre-attaques. Une nouvelle tentative est déclenchée à 19h18 avec 6 compagnies mais sans succès. En soirée, l’Infanterie-Regiment 180 passe à la contre-attaque depuis Grandcourt. Après un tir préparatoire contre la Redoute de Schwaben, 3 compagnies allemandes partent de la « Redoute de Staufen » et reprennent « Boom Ravine » où les derniers survivants de la 107th Brigade sont capturés ou tués sur place. Néanmoins, le Bayerisches-Reserve-Infanterie-Regiment est engagé par l’artillerie britannique et forcé de se mettre à couvert. Les attaques allemandes sont alors moins coordonnées. Mais le BRIR. 8 demande l’appui de l’artillerie de la 26. RD. Un nouveau bombardement est déclenché à 21h00 par l’artillerie divisionnaire et 2 bataillons de l’Infanterie-Regiment 185 sont envoyés en renfort depuis Beugny. A 22h00, les Allemands attaquent depuis les Redoutes de « Zollern ». Après de violents combats, avec de féroces corps-à-corps, les Allemands dégagent définitivement la redoute. 700 soldats nord-irlandais ont été tués pour la défendre. Conséquence de l’échec des hommes de la 36th Division, les Allemands peuvent renforcer la Ligne « Hansa ».

nid_bcch_1996_320-nugent-219x300
Oliver Nugent

** Le Saillant de Leipzig

– La 32nd Infantry Division (NKA) du Major-General William Rycroft, placée à la droite du Xth Corps, doit réduire l’éperon de Thiepval et dégager les Bois d’Authuille et de Thiepval. C’est une division à la composition assez originale, puisqu’elle regroupe des Ecossais, des soldats recrutés dans les comtés du nord de l’Angleterre et un bataillon du sud. Les 97th et 96th Brigades doivent attaquer les fronts par l’ouest depuis le « Saillant de Leipzig » (en fait une redoute), puis avancer par la « Nab Valley ». La 97th Brigade (James Jardine) doit lancer son attaquer sur 800 mètres par le flanc droit avec 2 Battalions en tête (14th et 17th Bn. Highland Light Infantry) et 1 en soutien (2nd Bn. King’s Own Yorkshire Light Infantry). Une fois la redoute capturée, le bataillon de réserve (11th Bn. Border) doit attaquer par la face sud de l’éperon de Thiepeval, en dépassant les défenses du Bois d’Authuile, pendant que le reste de la 97th Brigade avancera sur la Ferme Mouquet. De son côté la 96th Brigade doit attaquer sur le flanc gauche de l’éperon. Et la 14th Brigade (C. Compton) se tient en réserve.

 

– Or, le secteur tenu par le Reserve-Infanterie-Regiment 99 de la Reserve-Brigade 55 est puissamment fortifié, avec des abris pouvant résister aux impact d’obus de pièces lourdes, des postes de mitrailleuses qui peuvent prendre les pentes ouest de Thiepval et le Bois d’Authuille en enfilade. Les ruines du château de Thiepval, sont transformées, avec l’appoint de fusiliers et de mitrailleuses. Au sud de Thiepval, la « Redoute de Thiepval » a été puissamment dotée en mitrailleuses qui peuvent balayer le no man’s land sur 120-550 mètres. D’autre part, la « Redoute de Leipzig » peut être couverte par les mitrailleuses qui couvrent la Crête de Bazentin depuis les positions nommée « Nordwerk » (Ovillers) et « Alt Württemberg » (ou « Redoute de Beaucourt »).  Enfin, les Allemands disposent de dépôts de vivres et de munitions.

– Pour l’attaque de sa 97th Brigade, James Jardine a prévu de faire sortir ses hommes des tranchées à 07h23 et de suivre le roulement du tir de barrage à 27-37 mètres (2). La tactique, risquée, réussit lors de l’assaut général. A la doite, les hommes du 17th Bn. Highland Light Infantry (HLI), qui avancent en kilt, capturent la redoute à la tête du Saillant de Leipzig et capturent plusieurs prisonniers de l’IR 180. Mais les 140 mètres à parcourir vers la Tranchée « Hindenburg » sont rendus beaucoup plus difficiles en raison d’un important tir de mitrailleuses. Jardine ordonne à 2 batteries de la 161st Brigade Royal Field Artillerie d’ouvrir le feu. Finalement les Ecossais parviennent à se dégager et à s’emparer du Secteur P1 et à pénétrer dans les secteurs C8 et C9 du RIR. 99. Les Allemands passent alors à la contre-attaque et de violents combats s’engagent. S’ils réussissent à reprendre le Secteur P1 durant l’après-midi, ils ne peuvent expulser les Écossais de la « Redoute de Leipzig » (baptisé Granatloch par les Highlanders). Couverte par l’Artillerie, les compagnies de droite du 2nd Bn. KOYLI parviennent à rejoindre les Evossais, à temps pour tenter de reprendre l’avance sur les Tranchés « Hindenburg » et « Lemberg ». A 04h10, le 11th Bn. Border surgit des abords du Bois d’Authuille mais se trouve exposé aux tirs des Maxim postées sur le Nordwerk. Si des petits groupes réussissent à rallier les écossais avec des pertes terribles, la majorité des survivants, cloués au sol dès le départ, doivent s’abriter dans leurs tranchées.
Sur la gauche, le 16th Bn. HLI et les compagnies de gauche du 2nd Bn. KOYLI qui doivent s’emparer du « Wonderwork » échouent face à cette position qui n’a pas été entamée par les bombardements. Les Ecossais doivent attendre un nouveau tir d’artillerie pour se mettre à ramper vers les positions allemandes. Mais lorsqu’ils se relèvent pour charger, ils sont reçus par les mitrailleuses postées dans les ruines du Château. Les survivants de l’attaque sont cloués au sol.

– Du côté de la 96th Brigade (Yatman), les événements ne tournent pas mieux. Le 15th Bn. Lancashire Fusiliers est vite balayé par le feu des mitrailleuses défendant Thiepval. Toutefois, une centaine d’hommes de la compagnie de tête parviennent à atteindre la première aligne allemande. Mais les Allemands surgissent de leurs abris et coupent les fantassins britanniques du reste de leur Battalion. De son côté, 16th Bn. Northumberland attaque vers le centre et le sud de Thiepval mais avance péniblement vers les lignes allemandes sous un feu constant des mitrailleuses. Mais avant 09h00, les deux Battalions ont réussi à pénétrer dans les ruines de Thiepval, réussissant à rejoindre les éléments de la 36th Division qui ont pénétré dans le nord du village. Mais pour ajouter à la confusion, les observateurs aériens qui suivent la progression de la 36th Division pensent que le village est pris. Les rapports envoyés au QG du Xth Corps, confirmés par les informations (parcellaires) reçues par le PC de la 32nd Division, vont dans le même sens. Yatman reçoit alors l’ordre de Rycroft de lancer ses deux autres Battalions (2nd Bn. Inniskilling et 16th Bn. Lancashire Fusiliers) à l’ouest de Thiepval. Mais les mitrailleuses allemandes viennent encore faire échouer la mission et les pertes britanniques s’accroissent.

– Rycroft – qui croit que l’attaque a réussi –  décide d’envoyer sa brigade de réserve, la 14th de Compton qui s’est rassemblée sur sa ligne de départ à 08h45. Le 1st Bn. Dorset avance en tête en deux colonnes mais reçoit un violent tir de mitrailleuses en débouchant du Bois d’Authuille. 66 hommes seulement parviennent à rejoindre la Redoute de Leipzig. Juste sur les talons du 1st Bn. Dorset, le commandant du 19th Bn. Lancashire Fusiliers décide de couvrir son avance à l’aide de mortiers Stokes tirant des obus fumigènes. Mais la tentative ne s’avère pas plus fructueuse, puisque seulement 42 hommes parviennent à avancer vers la redoute.

A 11h40, William Rycroft contacte Morland pour lui suggérer de tenter une autre attaque contre le « Wonderwork », la « Tranchée de Zollern » et les tranchées de liaison menant à Courcelette. La 14th Brigade doit renforcer les parties conquises de la Redoute de Leipzig, puis attaquer les tranchées « Hindenburg » et « Lemberg » par le sud et l’ouest. A 13h30, après un bombardement qui manque complètement les ruines du Château de Thiepval, le 2nd Bn. Inniskilling démarre son avance mais est cloué sur place. Exploit pour la journée, 2 compagnies du 2nd Bn. Manchester atteignent la Redoute de Leipzig avec quelques pertes mais échouent à s’emparer des trachées « Lemberg » et « Hindeburg », bien tenues par des Allemands mordants et combatifs. La position des Britanniques est précaire mais ils tiennent quand même une  partie de la redoute durant toute la journée du 1er juillet.
[Suite]

 


(1) : La bataille de la Boyne eut en fait lieu le 12 juillet 1690. Mais sa date est calculée sur le calendrier Julien et non le Grégorien.
(2) : CLARKE Dale : Word War I Battlefield Artillery Tactics, Osprey, London

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s