Somme 1916 : le sanglant« Big Push » du 1er juillet (2)

2 – Secteur du IIIrd Corps

* La Boisselle (« Granathof » ; « Glory Hole »)

– Ce village et son éperon forment le centre du IIIrd Corps, entre Fricourt (gauche) et Ovillers (droite). L’éperon est encadré par deux petites dépressions baptisée « Vallée de la Saucisse » et « Mash Valley ». Bien entendu, les Allemands ont pris soin de fortifier le secteur. Le plan britannique – irréaliste – consiste à crever le front allemand avec la 34th Division qui ouvrir le passage à 3 divisions de Cavalerie de la Reserve Army de Gough et aux 12th (Eastern) et 25th Divisions. Enfin, la 19th (Western) Division, réserve du IIIrd Corps, doit elle aussi attaquer à travers les brèches ouvertes.

tyneside_irish_brigade_advancing_1_july_1916

– Le 1er juillet, l’artillerie du IIIrd Corps, scindé en deux groupes et fort de 98 obusiers et canons lourds (dont 1 obusier de 9,2-inch et 1 de 12-inch montés sur affûts ferroviaires). Henry Pulteney, commandant du Corps, a formé de groupes d’artillerie lourde chargés d’appuyer les deux divisions d’attaque. Mais le bombardement préparatoire de sept jours n’a pas entamé les défenses allemandes, à cause des obus défectueux. Les Anglais se rendent compte de l’échec des tirs d’artillerie le 30 juin. Du coup, le 1er juillet, ils font tirer 8 batteries de mortiers Stokes sur 460 m de large mais sans effet notable. En revanche, l’obusier de 12-inch monté sur rail parvient à atteindre le PC du XIV. Reserve-Korps à Bapaume alors que les mineurs gallois du 9th Bn. Cheshire et les tunneliers de la 179th Tunnelling Company Royal Engineers s’apprêtent à faire sauter les positions allemandes sous la Sape « Y » et le « Lochnagar Crater ». De leur côté, les Allemands alignent les ReserveInfanterie-Regiment 110 et 111 pour la défense du secteur.

– Pour l’attaque, le Major-General Edward Ingouville-Williams, doit lancer ses 3 brigades en quatre colonnes avec trois Battalions chacune. Les deux colonnes du flanc droit de la 34th Division (NKA) sont formées par la 101st Brigade (R.C. Gore) avec 1 Battalion de tête et 1 de soutien, suivis par un 1 Battalion de la 103rd (Tyneside Irish) Brigade (N. Cameron). Les deux brigades d’attaque du flanc gauche sont formées par toute la 102nd (Tyneside Scottish) Brigade (T. Tiernan). Le premier objectif assigné est d’atteindre le système défensif allemand, dont la quatrième ligne est distante de 1,8 km de la première ligne anglaise. La 102nd (Tyneside Irish) Brigade doit entamer la ligne intermédiaire (Keisergraben), tout près de Contalmaison et de Pozières et s’y enterrer avec la 101st Brigade. Enfin, la 103rd (Tyneside Scottish) Brigade doit les relayer et progresser entre Contalmaison et Pozières.

– L’attaque démarre à 07h30 suite au tir de barrage. Mais très vite, les « Pals Battalions » britanniques sont pris sous le feu des mitrailleuses allemandes, après 180 mètres de parcourus. Entre La Boisselle et la « Vallée de la saucisse », les 15th et 16th Bn. Royal Scots sont pris sous le feu allemand et ne peuvent avancer, pour s’emparer de « Birch Tree Wood » et de « Peake Wood ». Pire encore, le Reserve-Infantry-Regiment Nr. 110 contre-attaque à la grenade depuis « Peake Wood » forçant les Ecossais à se replier sur « Birch Tree Wood », « Shelter Wood » et « Round Wood ». Le 27th Bn. Northumberland Fusiliers (4th Bn. Tyneside Irish) est coulé sur place par des tirs de Maxim avec des pertes terribles. En quelques minutes, plus de 500 hommes sont à terre. Quelques petits groupes, avec des hommes du 24th Bn. Northumberland (1st Tyneside Irish) réussissent à accrocher les abords de Contalmaison à « Acid Drop Copse ».

– La colonne de gauche de la 101st Brigade démarre son avance quelques minutes après 07h30 car elle doit attendre l’explosion des mines sous « Lochnagar Crater » et la sape « Y ». L’explosion tue plusieurs hommes de la 5. Kompanie du Reserve-Infanterie-Regiment 110. Mais la distance à parcourir pour les fantassins britanniques est trop importante et les Allemands mettent ce répit à profit pour se réorganise rapidement. La 101st Brigade doit s’emparer de la « Redoute de la saucisse » (Heligoland). Très vite, les Britanniques sont pris sous les tirs d’armes légères auxquelles succède le martèlement des mitrailleuses. En moins de 10 minutes, le 10th (Service) Battalion Royal Lincolnshire Regiment (« Grimsby Chums ») et le 11th Bn. (Service) Battalion Suffolk Regiment sont littéralement hachés au sortir de leur tranchée. Et le calvaire du 11th Bn. Suffolk ne s’arrête pas là, puisqu’il reçoit un bombardement d’artillerie. Seules quelques compagnies isolées réussissent à attaquer la « Redoute de la saucisse » et à rejoindre les survivants de l’attaque de l’éperon de Fricourt. Mais une contre-attaque lancée par la 4. Kompanie du RIR. 110 contraint les Britanniques à repartir vers leurs lignes.

sir-ing-williams
E. Ingouville-Williams

– Pour les soldats d’Ingouville-Williams, le carnage continue sur le flanc gauche. Les 21st Bn. (2nd Tyneside Scottish) et 22nd Bn. (3rd Tyneside Scottish) Northumberland Fusiliers, appuyés par le 26th Bn. Northumberland Fusiliers (3rd Tyneside Irish) doivent avancer au nord du « Lochnagar Crater ». La colonne réussit à dépasser Schwabenhöhe et à avancer le long des pentes ouest de la « Vallée de la saucisse ». Si les tranchées « Kaufmanngraben » et « Alte Jägerstrasse » sont presque atteinte, le flanc droit de la colonne n’a aucun appui et est pris sous un intense tir de mitrailleuses. En outre, une contre-attaque allemande improvisée par des fantassins, des Pioniere appuyés par une batterie du Reserve-Feld-Artillerie-Regiment 28 près de la Völkerbereitschaft contraint le 22nd Northumberland Fusiliers à se replier à la tranchée « Kaufmanngraben ». Les Britanniques s’y enterrent sur 370 m. La quatrième colonne de la brigade, avec les 20th et 23rd Bn. Northumberland Fusiliers (102nd Brigade), avec le 25th Bn. Northumberland Fusiliers de la 103rd Brigade doit dépasser le « Trou de la Gloire » (« Glory Hole ») et le nord de La Boisselle. Quand les 2 Battalions de tête sortent de leurs positions en marchant droit sur les positions allemandes, l’attaque tourne au massacre. Quelques hommes parviennent à attendre la seconde ligne allemande mais se font tous tués. Le 25th Bn. Fusiliers est lui aussi pris sous un feu violent et doit se replier avec des pertes.

– Le manque de visibilité du à la fumée d’artillerie qui se dissipe, ainsi que la difficulté de transmission des messages entre le no man’s land empêche les observateurs avancés de prendre la mesure du carnage. Ils ont même tendance à minimiser les pertes. Ainsi, l’ampleur des pertes n’est connue que tardivement au PC divisionnaire (1). L’attaque contre la Boisselle du 1er juillet a tourné au massacre pour la 34th Division avec près de 4 600 hommes hors de combat, soit plus du tiers de sa force de combat. Quatre commandants de Battalion ont été tués et 1st Bn. Tyneside Irishi a perdu 18 officiers.

* Ovillers

– Mais une contre-attaque allemande improvisée par des fantassins, des Pioniere appuyés par une batterie du Reserve-Feld-Artillerie-Regiment 28 près de la Völkerbereitschaft contraint le 22nd Northumberland Fusiliers à se replier à la tranchée « Kaufmanngraben ». Les Britanniques s’y enterrent sur 370 m. La quatrième colonne de la brigade, avec les 20th et 23rd Bn. Northumberland Fusiliers (102nd Brigade), avec le 25th Bn. Northumberland Fusiliers de la 103rd Brigade doit dépasser le « Trou de la Gloire » (« Glory Hole ») et le nord de La Boisselle. Quand les 2 Battalions de tête sortent de leurs positions en marchant droit sur les positions allemandes, l’attaque tourne au massacre. Quelques hommes parviennent à attendre la seconde ligne allemande mais se font tous tués. Le 25th Bn. Fusiliers est lui aussi pris sous un feu violent et doit se replier avec des pertes.

– Le manque de visibilité du à la fumée d’artillerie qui se dissipe, ainsi que la difficulté de transmission des messages entre le no man’s land empêche les observateurs avancés de prendre la mesure du carnage. Ils ont même tendance à minimiser les pertes. Ainsi, l’ampleur des pertes n’est connue que tardivement au PC divisionnaire (1). L’attaque contre la Boisselle du 1er juillet a tourné au massacre pour la 34th Division avec près de 4 600 hommes hors de combat, soit plus du tiers de sa force de combat. Quatre commandants de Battalion ont été tués et 1st Bn. Tyneside Irishi a perdu 18 officiers.

– Situé au nord de la route Albert-Bapaume, la petite localité d’Ovillers est l’objectif de la 8th Infantry Division (RA), unité d’active commandée par le Major-General Henry Hudson. C’est l’unité la plus aguerrie du IIIrd Corps puisqu’elle a participé aux batailles de Neuve-Capelle et de la Crête d’Aubers. Son plan d’attaque est sensiblement le même que celui de la malheureuse 34th Division : ouvrir des brèches dans les lignes allemandes pour y laisser passer la cavalerie indienne de Gough et des unités d’infanterie. A la veille de l’attaque, Hudson demanda à Rawlinson d’engager sa division, placée entre la 34th au sud et la 32nd Division au nord, après que ses deux unités auront atteint les lignes allemandes. Rawlinson refusa cette requête mais lui octroya une batterie d’artillerie supplémentaire ponctionnée à la 32nd Division. La 23rd Brigade (H. Tuson) doit attaquer « Mash Valley » sur le flanc droit afin de gagne la route Albert-Bapaume au sud d’Ovillers, puis avancer vers Pozières ; la 25th Brigade (J. Pollard) doit prendre la localité d’assaut, tandis que la 70th Brigade (H. Gordon) doit dégager la pente sud de « Nab Valley » et avancer jusqu’à la Ferme Mouquet. En face, les Allemands alignent l’Infantry-Regiment 180 (26. Reserve-Division) qui défend le « Saillant de Leipzig » (« Grantaloch ») au sud d’Ovillers et le Reserve-Infanterie-Regiment 99 qui défend la route Albert-Bapaume à la droite du RIR. 110.

– L’attaque de la 32nd Division démarre également à 07h00 par un tir préparatoire de 24 mortiers Stokes. Mais les Allemands répliquent à la mitrailleuse en balayant les positions allemandes. Puis lorsque les mortiers se taisent, l’artillerie prend le relai en créant un rideau de feu devant les fantassins de la 8th Division. Ceux-ci sortent de leurs tranchées à 07h30 comme prévu, avec chaque Battalion faisant avancer ses 4 compagnies en colonnes. Mais les Britanniques connaissent leurs premières pertes quand les Allemands – qui sont sortis de leurs abris – se mettent à tirer à l’arme légère. Les « Tommys » se mettent alors à courir mais le terrain sur lequel ils progressent a été peu entamé par les obus. Du coup, placés à découvert, ils deviennent des cibles faciles. Néanmoins, quelques groupes de la 23rd Brigade réussissent à passer la première ligne, puis la seconde 180 m plus loin. 70 survivants réussissent à s’établir sur une petite ligne de 270 m mais les Allemands contre-attaquent de flanc, ce qui force les quelques anglais à se replier en vitesse. De leur côté, les Allemands de l’IR 180 qui n’ont plus la possibilité de communiquer par téléphone, utilisent des pistolets à fusée pour signaler les secteurs à bombarder par leur artillerie. La résistance ennemie, oblige les rescapés de la 23rd Brigade à se replier sur la « Tranchée Bumiller » et le « Siegel Graben ».

– La 25th Brigade a un peu plus de chance. Elle attaque dans un secteur criblé de trous d’obus, ce qui permet à ses soldats d’avancer de trou en trou. A 09h00, quelques troupes du Battalion de tête atteignent la seconde ligne mais les Allemands trouvent la parade en demandant à leur artillerie de pilonner le Battalion de soutien. Les 9. et 10. Kompanien de l’IR. 180 bloquent le passage aux Anglais au niveau de Sapes « Kuhm » et « Baum ». Les Britanniques s’y retranchent mais subissent une contre-attaque des 9, 10 et 2. Kompanien. Pire encore, quand le Brigadier Pollard veut envoyer son Battalion de soutien, le 1st Bn. Royal Irish Rifles qui attend le départ en première ligne, les allemands se mettent à l’arroser copieusement à la mitrailleuse et au canon. Résultat, quand les Anglo-Irlandais s’aventurent dans le no man’s land, seulement 10 parviennent à rejoindre les groupes avancés.

– La 70th Brigade de Gordon attaque en direction de la « Nab Valley » en profitant du fait que la 32nd Division attire sur elle le feu des mitrailleuses du RIR. 99  en attaquant l’éperon de Thiepval. La première vague parvient à accrocher la première tranchée, exceptés les ouvrages au nord-est de « Nab ». Mais les seconde et troisième vagues sont coulés au sol et le Battalion de soutien perd la moitié de ses hommes, car les mitrailleurs allemands placés sur l’éperon de Thiepval viennent de tourner leur machines après avoir repoussé la 32nd Division. La liaison entre les trois Battalions britanniques est alors rompue. Mais en raison des liaisons défectueuses et des mauvaises informations, Gordon pense que ses deux premières attaques ont été des succès. Il ordonne alors à son dernier Battalion, celui chargé de soutien, d’attaquer. L’affaire tourne encore au jeu de massacre, avec 50 % de pertes. Seulement 15 hommes réussissent à atteindre les lignes ennemies. Mais les combats durent encore pendant cinq heures au fusil et à la grenade. Finalement, les contre-attaques allemandes ont raison de la résistance de Britanniques qui sont contraints de se replier sur leurs lignes de départ, en laissant leurs blessés derrière eux.

[Suite]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s