Campagne de Mésopotamie : le siège de Kut el-Amara

1 – LA BATAILLE DE CTESIPHON ET LA RETRAITE SUR KUT

– Revenons-en maintenant à la suite des opérations de la Campagne de Mésopotamie. Le 24 juillet 1915, après trois mois de progression marqués par des accrochages avec les forces turques, la 6th (Poona) Division s’empare de Nasiriyah, avant de redémarrer sa progression vers Bagdad tout en étirant dangereusement ses lignes de communication. La « régate de Townshend » prend de plus en plus des allures d’expédition tragique. Sur place, les soldats de la 6th Division se ravitaillement difficilement sur le terrain. Et encore, en plein pays musulman à majorité chi’ite, les trois Battalions formés de soldats hindous (Mahrata et Rajputanah) ne peuvent tuer des vaches pour leur consommation, du simple fait des interdits religieux. Néanmoins, dès le 12 septembre, les Indo-Britanniques poursuivent leur avance sur Bagdad, en trois colonnes (A, B et C) appuyées par une canonnière et le HMS « Firefly ». Les 26-27 septembre, Townshend s’empare de Bait Isa et combat pour s’emparer des canaux du Tigre. Le 28, les Anglo-ndiens chassent les éléments des 37e et 38e Divisions des Marais de Suwada, entre le canal de Dala et le cours du Tigre et s’emparent des secteurs de Kut-el-Amara, Dahra et Maqasis. Ils parviennent à atteindre Aziziya le 5 octobre, dernière étape avant Ctésiphon et Bagdad.

mesop_troopers1
– Mais les Turcs ne tardent pas à réagir en dépit des difficultés logistiques qu’imposent les distances à couvrir d’un bout à l’autre de l’Empire. D’autant que plusieurs Corps et Divisions sont engagés dans le Caucase contre les Russes et contre le corps expéditionnaire allié à Gallipoli. En juin 1915, Nureddin Ibrahim Pacha est envoyé en Mésopotamie prendre le commandement régional d’Iraq, en remplacement de Süleyman Askeri Bey, blessé après la bataille de Shaiba. Pour l’heure, les maigres forces ottomanes – dont 14 000 irréguliers arabes – accusent la perte de 2 400 hommes.
Néanmoins, Nureddin Pacha parvient à réunir 18 000 hommes et 52 canons répartis au sein des 35e, 38e, 45e et 51e Divisions. Notons que les 35e et 38e, levées respectivement dans les régions de Bassorah et Mossoul, sont majoritairement composées d’engagés arabes. Sévèrement étrillées après la prise de Bassorah, elles fusionnent bientôt pour former
Avec cinquante-cinq jours de préparation défensive, les Turcs sont prêts à recevoir la Force « D », depuis en plus affamée et isolée. Bientôt, les XIIIe (Khalil Pacha) et XVIIIe (Kazine Pacha) Corps de la VIe Armée – soit quatre divisions – sont prêts à en découdre avec des Anglo-Indiens affamés et de plus en plus isolés. Nureddin Pacha déploie les 35e, 38e et 45e Division en L au niveau de Ctésiphon. Nureddin Pacha forme ensuite 12 secteurs renforcés, répartis en trois lignes de défenses. Chacune de ses lignes est située à proximité (en amont ou en aval) d’une des trois boucles du Tigre situées entre Ctesiphon et Bagdad. Enfin, la 51e Division forme la réserve, tandis que l’artillerie (52 pièces) se concentre au centre du dispositif ottoman afin d’appuyer les flancs comme pour interdire la remontée du Tigre. D’ailleurs, les Turcs ont aussi pris soin de mouiller des mines dans le fleuve et y disposer un pont de bateaux, juste en amont des seconde et troisième lignes de défense (voir carte).

5382489

– Le 5 octobre, la nouvelle VIe Armée est créée et son commandement est confié au vieux général allemand Colmar Freiherr von der Goltz, soixante-douze ans et la Guerre de 1870 à son actif.

3258797bsakalli_nureddin_pasha
Nureddin Pacha
goltz1843_z
Colmar Freiherr von der Goltz

– Le plan de Townshend (voir carte ci-dessous) consiste à lancer deux colonnes percer la première ligne turque qui couvre le village de Ctesiphon avec l’ancienne arche sassanide. Cette tâche incombe principalement à la 16th (Poona) Brigade (au centre du dispositif britannique), appuyée sur sa gauche par la 17th (Ahmednagar) Brigade qui doit progresser le long du Tigre. Sur la droite de la 16th Brigade, la 18th (Belgaum) et la moitié de la 30th Brigade doivent opérer une autre attaque d’appui avant de crocheter le dispositif turc en obliquant vers Ctesiphon. Enfin, tout au nord, la seconde moitié de la 30th Brigade et les éléments de cavalerie (Lt.Col. Leachman) doivent mener une attaque destinée à contourner le dispositif de Nureddin Pacha.

map_battle-of-ctesiphon_townshend

– Le 21 novembre, Townshend fait avancer ses trois colonnes vers Bagdad par une marche de nuit. Mais la progression est rendue difficile en raison du terrain mais aussi du feu d’enfer que déclenchent les Ottomans sur les Indo-Britanniques. Les navires censés appuyer la 6th Division ne peuvent avancer sur le Tigre en raison des obstacles et des mines mouillés dans le fleuve. Néanmoins la Colonne B – 17th (Ahmednagar) Brigade – avec les 1st Bn. 103rd Mahratta Light Infantry et 1st Bn. 22nd Punjabis, réussit à accrocher la première ligne de défense turque à poursuivre les défenseurs vers la seconde. Cependant, Nureddin Pacha fait donner des éléments de la 45e Division et la 35e, qui n’a pas encore été engagée et repousse la Colonne B. Pis encore, les mouvements de Townshend sont entravés par des attaques de cavaliers turques et arabes sur ses flancs.  Townshend tente à son tour d’attaque les flancs des Ottomans mais Nureddin Pacha fait donner sa dernière réserve, la 51e Division, ce qui contraint le général britannique à cesser son initiative.

– Le 22 novembre, Townshend relance une nouvelle offensive, appuyée par des attaques de flancs. S’il parvient à contrôler la première ligne ennemie, il ne peut déboucher car les Turcs lui barrent solidement le passage. Les combats sont particulièrement acharnés et les pertes sont lourdes. La 45e Division perd près des deux tiers de ses effectifs et la 35e, un quart.
Mais chez les Indo-Britanniques, la situation devient dramatique. Townshend a perdu 40 % de ses effectifs (soit plus de 6 500 hommes) et ne peut plus aller plus loin, d’autant que la situation sanitaire de ses soldats empire de jour en jour. Le 24 novembre, il décide d’abandonner l’ancienne capitale de l’Empire sassanide et de se replier sur Kut el-Amara avec près de 11 000 hommes.
Au lieu de continuer vers Bassorah pour rejoindre le reste des forces britanniques, il décide de se maintenir autour de Kut, sans aucun ravitaillement. Mais en même temps, ces troupes sont épuisées et affamées. Townshend craint alors que les faire marcher davantage n’engendre un suicide collectif. Il ordonne néanmoins à ses éléments montés de s’échapper vers le sud, sous le commandement du Lt.Col. Gerald Leachman. Les quelques avions du Royal Flying Corps chargés d’appuyer la Force D, réussissent à voler vers le sud eux aussi.
Mais dans le même temps, les Turcs se renforcent. Et c’est Colmar von der Goltz, à la tête de sa VIe Armée, qui se charge de liquider ce qui reste des forces britanniques. Les premières forces de poursuite turques parviennent aux abords de Kut el-Amara le 7 décembre 1915. Von der Goltz, dont les lignes de ravitaillement ne sont pas excessivement étirées, fait d’abord ériger des positions de sièges. Et le temps joue pour lui, puisque Townshend ne peut compter que sur un seul mois de vivres.

– Mais à Londres, la situation en Iraq commence à inquiéter, même si certains se montrent encore enthousiastes sur les prétendues capacités de Townshend à capturer Bagdad. Ainsi, le Secretary of State for India Austen Chamberlain se montre opposé à toute nouvelle avance sur Bagdad. Il estime que si Bagdad peut tomber aux mains de la Force « D », celle-ci est bien trop faible pour s’y maintenir. D’autant que sur place, les Ottomans se renforcent sensiblement.
Sur place, le General Sir John Nixon, commandant du théâtre d’opérations irakien, ordonne qu’une mission de secours soit montée. On monte alors en hâte une force commandée par le Lieutenant.General Fenton Aymler, avec la 6th Indian Cavalry Brigade, les 28th et 35th Brigades. Mais Londres, par la voix d’Austen Chamberlain, décide également d’expédier en Iraq la 7th (Meerut) Division de Charles Younghusband. Or, cette unité a subi des pertes sérieuses dues aux combats dans les Flandres mais aussi au froid et aux maladies, accusant une nette baisse de moral. En outre, comme l’ensemble des divisions indiennes, elles sont moins bien dotées en artillerie que leurs homologues de Grande-Bretagne. Signe d’un amateurisme doublé d’une condescendance envers les Indiens, la solde des soldats de la 7th Division n’est pas versée avant leur départ pour l’Iraq, via le Canal de Suez.Quoiqu’il en soit, après l’arrivée des premiers éléments – fatigués – de la 7th Division en Iraq, Fenton Aymler rassemble ses forces dans le secteur d’Ali Gharbi et s’apprête à marcher au secours de Townshend.

– Mais les Turcs anticipent le mouvement. Ainsi, von der Goltz envoie le XIIIe  Corps de Khalil Pacha (35e et 52e Division) à l’ouest de Kut afin de bloquer toute avancée le long du Tigre.

882-battle-of-dujaila-8-march-1916

[Suite]

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s